Fyctia·Les Chroniques d'Angélique·Romance Contemporaine·service Presse

#76 Build my heart – C Handon

Chronique #76

  • Maison d’édition : Fyctia Editions
  • Genre : Romance
  • Date de parution : 21 avril 2022
  • Prix : 3,99 €
  • Note : 5/5
  • Résumé : 



Entre amour et ambition, le choix est parfois inéluctable.

Enoline vient d’obtenir le poste de ses rêves ! Après plusieurs années de travail acharné, elle intègre le Worgan’s Office, l’un des cabinets d’architecture les plus prestigieux de la scène new-yorkaise.
Malheureusement, elle redescend bien vite de son nuage quand elle rencontre Swann Worgan. Fils du propriétaire, il est obsédé par la réussite et ne laissera personne se mettre sur sa route, pas même la dessinatrice talentueuse, mais impulsive, avec qui il est forcé de collaborer.
Néanmoins, derrière une façade lisse, la famille Worgan se désagrège. Alors que le patriarche met ses affaires en ordre, des secrets longtemps enfouis menacent de refaire surface et de détruire tout ce qu’il a bâti. Swann, qu’il l’accepte ou non, pourrait bien avoir besoin du soutien d’Enoline pour surmonter cette ultime épreuve.
Toutefois, céder à cette attirance risque de briser leurs plus grands rêves…

Depuis quelques semaines, je suis en panne de lecture, incapable de me focaliser sur un texte. Quand Hugo/Fyctia, que je remercie pour l’envoi, nous a proposé ce service presse, j’ai tout de suite été attirée par la couverture et le résumé. Le titre colle parfaitement à l’histoire que ce soit dans le développement des personnages que dans leurs métiers, vu qu’ils sont architectes. La photographie est également une belle représentation des deux protagonistes. On retrouve un homme fier, droit, prêt à partir au combat qui colle parfaitement à Swann et une jeune femme douce, la main posée sur son torse pour l’apaiser, tout comme le personnage d’Enoline.

 Je découvre ici pour la première fois la plume de Caro Handon et je n’aurai qu’une chose à dire… Waouh. Je n’ai pas pu lâcher ma lecture, j’ai été entraîné par le style fluide, les descriptions et l’immersion dans le monde de l’architecture. Le roman est en première personne et en alternance de point de vue qui permet de mieux comprendre les émotions et réactions des personnages et plus particulièrement de Swann qui peut passer pour un connard sans cœur alors qu’il n’en est rien.

L’histoire est celle d’Enoline, brillante dessinatrice qui a choisi de travailler avec son père. Son père, conscient du talent de sa fille et de son envie d’évoluer, montre ses dessins à son ancien collaborateur. Ce dernier va offrir à la jeune femme une incroyable opportunité à New York. Le hic, elle va devoir travailler avec le fils du directeur, Swann Worgan, un homme qui a la compétition dans le sang et qui perçoit l’arrivée d’Enoline, comme une menace. Habitué à travailler seul, en lice pour un prestigieux concours, il ne comprend pas pourquoi son père lui impose la présence d’une novice.

Du côté féminin, nous avons donc Enoline, un brin naïve, sans aucune once de malveillance en elle, la jeune femme aura fort à faire pour prouver à Swann qu’elle n’est pas un danger pour lui ou son entreprise. J’ai beaucoup accroché avec ce personnage qui a tendance à voir le monde à travers des lunettes roses. Profondément honnête, elle ne perçoit pas les dangers et la concurrence impitoyable qui fait rage entre les participants du concours. Elle est lumineuse, douce, intelligente et cherche elle aussi la reconnaissance de ses pairs. Pourtant, elle n’hésite pas à se rebeller ou à exposer clairement son point de vue à Swann lorsqu’il dépasse les bornes. Au fur et à mesure de l’histoire, elle s’affirme et prend son envol. Je me suis rapidement identifiée à Enoline et j’ai apprécié que l’auteure s’attache également à développer les relations d’Enoline avec ses collègues et par la suite son père. Je trouve qu’au-delà de la romance, cela donne de la consistance au personnage d’Enoline et lui permet d’avoir son existence propre en dehors de Swann.

Swan quant à lui est un homme froid, compétitif, intransigeant et qui ne pardonne aucune erreur. Des relations amicales ? Il n’en a aucune. Son objectif, gagner pour la cinquième fois consécutive un prestigieux concours d’architecture pour impressionner son père. Car oui, tout ce que fait Swann c’est pour obtenir l’admiration de son père que pourtant il déteste. Le personnage de Swann est très complexe. Souffrant d’un traumatisme d’enfance, il a construit une carapace autour de lui et se méfie de tous ceux qui s’approchent de lui. Il voit en chacun un ennemi potentiel. La seule avec qui il est honnête et s’ouvre, c’est sa grande sœur Neda. Leur relation est très belle et permet d’adoucir un petit peu le personnage de Swann qui de prime abord peut paraître détestable. Quand Enoline arrive, il se méfie mais pour obéir à son père il accepte de la former. Pourtant, une erreur de la jeune femme va tout remettre en cause, le poussant à croire qu’elle cherche à les trahir et couler la boîte. La psychologie de Swann est extrêmement bien développée et j’ai eu beaucoup d’empathie pour lui. Encore plus avec l’épreuve qu’il va traverser. Mon seul regret, c’est son attitude envers Paul. J’avoue ne pas avoir compris pourquoi il s’en prenait ainsi à lui et je n’ai pas apprécié.

Parce que oui, dans cette romance Boss/employée, il y a des personnages secondaires très intéressants qui apportent du relief et de la consistance à l’histoire. Je pense à Neda, la grande sœur de Swann dont il est très proche. Elle est la seule à pouvoir lui parler, le conseiller et lui ouvrir les yeux. Paul également, l’ancien meilleur ami relégué au rang d’ennemi mortel, va devenir l’ami et le conseiller d’Enoline. Toujours de bon conseil, acceptant sans s’offusquer l’attitude de Swann envers lui, il est peut-être un petit peu trop lisse à mon goût, mais il contrebalance bien le caractère fort de Swann.

En conclusion, cette histoire a fait sauter mon blocage de lecture. Le fait que la relation prenne son temps, que les personnages soient aussi bien travaillés, que l’univers soit hyper original sans qu’on tombe sur des termes trop techniques toutes les deux pages, bref tous les éléments étaient réunis pour que je ne m’arrête plus de tourner les pages. Si vous n’avez pas encore craqué pour cette superbe histoire, je vous invite à vous plonger dans ce roman qui, j’en suis sûre, fera battre votre petit cœur tout comme il a fait battre le mien.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s