Dark Romance·Editions Elixyria·Les Chroniques d'Angélique·Romance Contemporaine·service Presse

#39 Perle d’occident – Briana Cartigny

Chronique #39

  • Maison d’édition : Elixyria
  • Genre : Romance Sombre
  • Date de parution : 29 décembre 2022
  • Prix : 5,99 € – 18,90
  • Note : 3/5
  • Résumé : 

La vie de Morgane bascule le jour où elle se réveille au milieu d’un hangar sinistre, entourée d’ombres inconnues qui la convoitent dans une sordide vente aux enchères.

Dans un pays dont elle ne sait rien, au cœur d’un harem, c’est sous le nom de Soheila qu’elle va devoir satisfaire les désirs d’Haider Al Fayed, à qui elle appartient désormais.

Dans cette majestueuse prison dorée, à qui peut-elle se fier ? Qui pourra l’aider à fuir, avant qu’elle ne succombe au charme ou à la violence de ce séduisant, mais dangereux homme d’affaires ?

Ce roman est le tout premier que je lis en provenance de la ME Elyxiria que je remercie au passage pour leur confiance et leur envoi. J’ai tout d’abord été séduite par la couverture absolument magnifique, qui promettait un dépaysement total, puis par le résumé très intrigant.

 Je découvre ici pour la première fois la plume de Briana Cartigny, qui est très fluide et agréable. Les descriptions sont au rendez-vous et on est facilement entrainé dans le harem d’Haider et dans tout ce qu’il s’y passe. L’auteur a fait le choix de nous livrer uniquement le point de vue de l’héroïne, c’est donc à travers elle que nous vivons toute l’histoire.

L’histoire est celle de Morgane, une jeune fille vivant aux Etats-Unis qui va faire l’objet d’une mise aux enchères. Celle-ci sera remportée par Haider qui va la ramener dans son pays, le Maroc, et l’enfermer dans son harem.

Du côté féminin, nous avons donc Morgane. Morgane est une femme forte, qui ne passera pas une minute du roman  à ne pas chercher à s’échapper. Si les autres « femmes » d’Haider sont heureuses de leur situation ce n’est pas le cas de Morgane. Dépossédée de son identité, son ravisseur va en effet lui donner un nouveau nom, elle refuse la situation qui lui est imposée. Le personnage de Morgane est très intéressant et sa psychologie très bien développée. Dans ce roman on est clairement en plein syndrome de Stockholm et il est parfaitement bien expliqué. Morgane va également se retrouver confrontée à la difficulté de vivre dans un harem où toutes les femmes sont raides dingue d’Haider et le perçoivent comme un héros. Là où elle tente de leur ouvrir les yeux, les autres lui opposent la vie merveilleuse et luxueuse qu’elles ont dans ce harem. J’ai beaucoup aimé d’ailleurs la voir évoluer dans le sérail, se lier d’amitié avec les servantes, avec les femmes et voir les relations se nouer et se dénouer.

Face à elle, Haider fait office de bourreau, mais aussi de sauveur. Il joue de ses deux caractéristiques. Tantôt il rappelle à Morgane que si ce n’était pas lui qui l’avait acheté, elle serait tombée dans des mains encore pire, et tantôt il va la punir sévèrement parce qu’elle ose lui répondre ou sous le coup de la jalousie. Clairement Haider ne m’a pas fait rêver du tout, je n’ai ressenti aucune empathie à son égard et je le considère comme un enfant pourri gâté capricieux. Malgré tout, il a tout de même une qualité, c’est qu’à aucun moment il ne force Morgane à avoir des relations sexuelles avec lui, sinon clairement j’aurais arrêté ma lecture. Bien sûr, sa façon d’alterner entre méchanceté et gentillesse, ont forcément joué sur le cerveau de Morgane, mais il n’y pas de scènes de violences ou contraintes sexuelles. Il va essayer de gagner le cœur de la jeune fille en faisant des efforts, mais pour moi ça n’excuse en rien ce qu’il a fait à Morgane après la scène avec Djamil. Il use de violences physiques et psychologiques et se dédouane avec un « je n’aurais jamais dû faire ça, je suis désolé ». Pour moi, ça ne passe pas. Heureusement, à la fin, il a un geste qui rattrape un peu tout ça, mais je n’arrive pas à passer outre mon impression négative sur ce personnage.

Leur relation est dès le départ compliquée. Enlevée, emmenée dans un autre pays, séquestrée, Morgane ne veut qu’une chose, rentrer chez elle, ce que bien sûr Haider refuse catégoriquement. Il va essayer de la séduire, d’être gentil avec elle, mais chaque fois qu’un pas en avant est fait, trois en arrière suivent immédiatement. Si Haider est fou de Morgane dès le début, l’inverse n’est pas réciproque. Morgane le voit comme un monstre, mais ressent tout de même du désir pour lui. Leur relation est très bien construite, même si je n’y adhère pas. Le syndrome de Stockholm est bien exploité, bien décrit et on passe par toutes les étapes de pensées de l’héroïne. Petit à petit Morgane va réussir à prendre le dessus, la relation prend une autre tournure et j’avoue avoir apprécié ces moments où elles mènent la danse. Qu’on approuve ou pas, je dois reconnaître que la plume est toujours juste et réaliste.

Pour étoffer le roman, nous avons une multitude de personnages secondaires et j’avoue que ce sont les passages dans le harem avec les autres femmes et les servantes qui m’ont le plus plu. Toutes ces filles, ne voient pas d’un très bon œil l’arrivée de Morgane, rebaptisée Soheila par Haider, et les petits incidents s’enchaînent. J’ai adoré essayer de découvrir laquelle ou lesquelles cherchaient à nuire à Morgane par derrière, alors que par devant ce n’est qu’amitié et grand sourire (sauf Rima). Là encore, l’auteur nous transporte totalement avec ses descriptions de paysages, de tenues luxueuses et dépaysantes. C’est toujours difficile d’arriver à propulser le lecteur mais Briana Cartigny y arrive dans soucis. Que ce soit la visite du marché, de la serre, du harem, chaque lieu est magnifiquement décrit. Je pouvais fermer les yeux et être là-bas, avec l’héroïne. Hormis les concubines, il y a également Chaïma, l’une des servantes avec qui Morgane va se lier d’amitié. Elle apporte la touche de douceur maternelle dont l’héroïne a besoin. On n’en sait peu sur elle, mais on s’y attache vraiment.

En conclusion, mon avis est mitigé. J’ai apprécié que ce roman ne se focalise pas uniquement sur la relation Morgane/ Haider et que d’autres enjeux soient présents car c’est ce qui m’a permis d’aller au bout de cette histoire. Si je n’ai pas aimé la relation amoureuse, je dois dire que tout le reste était parfait. Des rebondissements, des ennemis et un dépaysement total. La plume de l’auteur est très agréable et pour ceux qui aiment les romances Ravisseur/ Victime vous allez vous régaler. Ça aurait pu être mon cas, mais malheureusement, je n’ai pas adhéré.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s