Editions BMR·Les Chroniques d'Angélique·Romance Contemporaine·service Presse

#36 Neon Gods – Katee Robert

Chronique #36

  • Maison d’édition : BMR
  • Genre : Romance
  • Date de parution : 23 février 2022
  • Prix : 7,99 €
  • Note : 4/5
  • Résumé : 

La coqueluche des médias Perséphone Dimitriou a prévu de fuir la ville ultra-moderne de l’Olympe. Elle veut refaire sa vie loin de la politique et des coups bas des Treize Maisons. Mais ses plans s’effondrent lorsque sa mère la fiance de force au dangereux Zeus.
Perséphone n’a d’autre choix que de s’enfuir dans les bas-fonds de la ville. Mais en franchissant le Styx, elle rencontre un homme, un homme sombre et mystérieux qu’elle croyait n’être qu’un mythe…
Hadès a passé sa vie dans l’ombre, et il n’a pas l’intention d’entrer dans la lumière. Mais quand il comprend que Perséphone peut l’aider à accomplir sa vengeance contre Zeus, il ne lui en faut pas plus pour lui tendre la main… moyennant un prix. Alors ils concluent un pacte : pendant trois mois, aux yeux de tous, elle sera à lui. Mais pour que tout l’Olympe soit au courant, il ne suffit pas de faire semblant…

En ce moment la mythologie a le vent en poupe et étant une grande fan de tout ce qui touche à la mythologie grecque je ne pouvais pas passer à côté de Neon God. Je remercie d’ailleurs BMR pour leur confiance et leur envoi. Premier coup de cœur déjà pour la couverture. Le trône d’Hadès se suffit à lui-même pour annoncer la couleur et les néons qui l’illuminent viennent rappeler ce qui s’y passe lors des soirées très privées du Dieu des Enfers.

Dans ce roman, on atterrit dans une ville coupée en deux par un fleuve et nous avons la ville haute, avec ses richesses, ses apparences, ses Dieux qui gouvernent et la ville basse qui fait beaucoup moins rêver. La ville haute est dirigée par un conseil de 13 dieux, ou plutôt 12 car Hadès a disparu, Hadès est un mythe. Chaque Dieu a une fonction bien particulière, ainsi Demeter se charge de tout ce qui est approvisionnement et Hermès de tout ce qui est transmission de message. Le rôle de « Dieu » dans ce roman est très abstrait. Ils ne sont pas immortels, le titre se transmet de père en fils ou par mariage. Ainsi nous apprenons qu’il y a déjà eu plusieurs « Héras » suite aux mariages successifs de Zeus. L’univers est complexe et pas assez bien expliqué à mon goût. Si vous vous attendez à des pouvoirs magiques et des créatures telles que le chien à trois têtes ou Pégase, vous serez déçus. L’histoire ici se concentre sur Perséphone, la fille de l’actuelle Demeter. Véritable beauté, elle se retrouve fiancée à Zeus lors d’une soirée, sans même avoir eu l’opportunité d’y réfléchir. Terrifiée à l’idée de finir comme les précédentes « Héras », elle se sauve et franchit le fleuve interdit pour atterrir entre les bras d’Hadès. Le personnage de Perséphone est très bien construit, on sent une réelle force de caractère en elle et j’ai adoré la voir douter, évoluer, jusqu’à se révéler totalement. Prête à tout pour ne pas retomber dans les mains de Zeus, elle s’en remet à Hadès et ses désirs obscurs. Parce que oui, pour échapper à Zeus et le punir, elle a fait le choix de laisser Hadès l’avilir et de la soumettre publiquement

Hadès quant à lui est loin d’être le gros méchant de l’histoire. Attentionné, il va prendre soin de Perséphone et tout faire pour l’aider. Si, au début, son objectif est de porter un coup à Zeus, il va rapidement dévier au fur et à mesure que ses sentiments pour Perséphone vont se développer. J’ai beaucoup aimé le voir dans son rôle de « Dieu des Enfers », les soirées qu’ils donnent et la façon dont elles se terminent m’ont donnée chaud je dois l’avouer. Il évolue également au contact d’Hermès et Dionysos, deux dieux qui ont décidé d’être ses potes alors qu’il ne leur a jamais rien demandé. On en apprend beaucoup sur son passé et les raisons qui font qu’il déteste Zeus et voudrait bien s’en débarrasser. Hadès est tantôt dominateur, tantôt guimauve. Il attend de Perséphone une certaine soumission, mais par contre il ne lui impose jamais rien.

Leur relation démarre par un marché. Elle est à lui et il peut faire ce qu’il veut d’elle afin d’humilier Zeus tant qu’il la laisse partir dans trois mois. Si Perséphone peut laisser penser qu’elle est «  innocente », sa relation avec Hadès va lui faire accepter les fantasmes qu’elle cachait au fond d’elle et qu’elle s’interdisait de formuler au nom de la bienséance. Au contact du Dieu, elle va laisser tomber le masque de la petite fille parfaite pour se révéler en femme fatale qui s’assume. Leur relation est très bien construite et chacun apporte à l’autre ce dont il a besoin. Hadès va découvrir la douceur, l’amour et se rendre compte qu’il est quelqu’un de bien. Perséphone va quant à elle prendre plus confiance en elle et s’autoriser à être elle-même. À aucun moment on ne tombe dans le glauque et le consentement est le maître mot de cette relation, ce que j’ai particulièrement apprécié. Les mises en scène lors des soirées d’Hadès sont très très chaudes et permettent de donner une dimension terriblement sexy à leur relation. Au-delà du sexe, on découvre Hadès et Perséphone dans des moments de la vie quotidienne ce qui permet de comprendre comment le désir, se transforme en quelque chose de plus profond. J’ai aimé le fait que tout ne soit pas basé uniquement sur le sexe et les voir évoluer dans la ville basse.

Même si Hadès et Perséphone sont au cœur du récit, il y a également de nombreux personnages secondaires qui jalonnent l’histoire. Mes préférés sont sans conteste, Hermès et Dionysos. Même si je trouve qu’on ne sait au final pas grand-chose sur eux, chacune de leurs apparitions m’a fait sourire. Hermès c’est cette amie collante, qui débarque sans y être invitée et qui squatte chez Hadès quand elle le veut. Elle ramène toujours son pote Dionysos qui lui par contre ne sert à rien à part vider le frigo. Le duo fonctionne à merveille et permet à Hadès d’avoir, malgré lui, une vie sociale. La famille de Perséphone est également très présente au travers de ses sœurs mortes d’inquiétude pour elle et de sa mère aussi qu’on a du mal à cerner jusqu’à la révélation finale. Les autres Dieux, mis à part Zeus, font office de figurants et on n’en entend que peu ou pas parler. Je reviens sur ce que je disais au départ, l’univers crée est un petit peu brouillon à mon goût, et beaucoup de questions sont en suspens : les Dieux ne règnent-ils que sur la ville de l’Olympe ou y a-t-il d’autres villes ? Les Dieux ont-ils des pouvoirs ou des capacités exceptionnelles ? Si tout le monde a peur de Zeus, pourquoi personne n’agit, quel est vraiment son rôle ?

En conclusion je dirais que j’ai passé un super moment en compagnie d’Hadès et Perséphone, mais que je n’ai pas été transportée dans l’univers créé par l’auteur, c’est pourquoi je ne mets pas la note maximale. Pour moi, il manque un petit peu plus de fantastique et d’explications. Par contre, la relation Hadès/Perséphone est géniale, bien amenée, bien tournée et bien approfondie. J’ai adoré suivre l’évolution du personnage de Perséphone et la dévotion d’Hadès à son égard. Les intrigues politiques permettent de complexifier l’histoire et la menace omniprésente de Zeus apporte du piquant à cette belle romance. J’ai hâte de lire le tome 2 même si je ne sais pas si ce sera une suite Hadès/Perséphone ou une histoire basée sur un autre personnage.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s