Les Chroniques d'Angélique·Plume du web·Romance de Noël·service Presse

#123 Once upon a time in Scotland – Mily Black

Chronique #123

  • Maison d’édition : Plumes du web
  • Genre : Romance de Noël
  • Date de parution : 13 octobre 2022
  • Nombre de pages : 383
  • Prix : 5,99 €
  • Note : 4/5
  • Résumé : 



Être influenceuse voyage n’est pas de tout repos, et Cassiopée en sait quelque chose ! Alors que la période des fêtes commence, elle s’apprête à partir en Écosse avec sa cousine. Malheureusement, Nadège, aidée de ses parents, a bien l’intention de s’approprier le compte Instagram de la jeune femme, les milliers d’abonnés et les partenariats qu’elle a obtenus à force de ténacité.
Après avoir supporté les caprices de cette dernière lors de leurs précédents voyages, voilà que Cassiopée doit se battre pour garder ce qui lui appartient !
Pour lui gâcher son séjour, sa cousine invite son voisin de siège dans l’avion à partager leur voiture pour un road trip dans les Highlands. Cela aurait pu être une bonne idée si l’homme en question n’était pas mystérieux, séduisant et diablement antipathique…

Les fêtes de Noël promettent d’être mouvementées…

Je remercie les éditions Plumes du Web de leur envoi et de leur confiance.

Ça y est la saison des romances de Noël est officiellement lancée ! J’ai démarré la saison avec Once Upon a time in Scotland de Mily Black. La couverture dans les tons de bleu glacé avec ses petits flocons de neige qui volètent m’a tout de suite attirée tout comme la modernité du résumé avec une héroïne « influenceuse » dans le domaine des voyages.

Ici plusieurs thèmes seront abordés tout comme la reconstruction, l’indépendance, et la confiance en soi. Et quel meilleur décor que l’Écosse et ses paysages envoutants pour habiller cette histoire ? La plume de Mily Black se fait tour à tour humoristique, piquante, touchante et les pages défilent sans qu’on s’en aperçoive. Mily a fait le choix de nous offrir qu’un seul point de vue, celui de Cassiopée (même si le dernier chapitre est du PDV du héros) ce qui nous permet d’être 100 % immergée dans ses pensées, ses doutes et ses interrogations, sans savoir nous-mêmes les pensées de ce bel écossais qui s’est incrusté dans son voyage.

Cassiopée est une héroïne que la vie n’a pas épargnée, orpheline elle a été recueillie par son oncle et sa tante. Ces derniers n’ont jamais souhaité la recueillir, mais y ont été contraints et forcés et l’ont bien fait sentir à la jeune fille toute sa vie. Le résultat ? Une héroïne qui manque de confiance en elle, qui s’excuse souvent et qui toute sa vie s’est sentie rabaissée. Elle a malgré tout réussi à monter un compte Instagram sur la thématique des voyages et son talent pour la photographie lui a permis de décrocher des contrats avec des agences de voyages qui l’envoient dans le monde entier. Mais, même ça, sa « famille » veut l’en déposséder. Cassiopée va devoir sortir les dents pour défendre son entreprise et on va découvrir toute la force de caractère de la jeune femme. Cassiopée est à la fois fragile, mais déterminée. J’ai eu plusieurs fois envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter et j’ai été heureuse de la voir s’ouvrir et s’épanouir tout au long du roman. Mon seul regret est de ne pas l’avoir vue plus vindicative envers son abominable cousine, mais on comprend vite que certaines choses doivent être faites dans les règles.

Joshua de son côté possède le flegme propre aux Anglais. Il n’affiche pas ses émotions, mais tout transparait dans son attitude. J’ai aimé ses petites piques cinglantes, sa façon de faire tourner en bourrique l’héroïne avant de finalement s’incruster dans le voyage des deux cousines. Très vite, on comprend qu’il veut avant tout protéger Cassiopée. Ayant surpris une conversation téléphonique, il est parfaitement au courant des intentions de sa cousine Nadège, qui cherche à voler le compte et l’entreprise de Cassiopée. Si dans la première partie du roman nous pensons que Joshua est un type lambda en visite en Écosse, la seconde partie du roman nous réserve bien des surprises que je ne dévoilerais pas ici (allez lire le livre !) ! Sa façon de protéger Cassiopée, son envie de l’aider et la prévenance dont il fait preuve ne peuvent que nous faire craquer pour ce bel Écossais. Tout au long du roman et au contact de Cassiopée, il va s’ouvrir peu à peu et accepter d’avancer. Car Joshua cache aussi un passé compliqué qu’il nous livre au fil des pages. Je ne m’attendais pas du tout à ça et j’ai été très surprise de ses révélations.

Entre Cassiopée et Joshua, ça commence comme un ennemies to lovers, puis ça évolue en un friends to lovers. Leur complicité est évidente tout comme les sentiments qu’ils commencent à développer l’un pour l’autre. La romance prend son temps, les effleurements, les regards, on est dans un slow burn qui colle parfaitement à l’univers des romances de Noël. J’ai aimé les suivre que ce soit au fil des étapes du voyage ou au fil de l’évolution de leur sentiment. Quand on se dit que c’est gagné, de nouvelles révélations viennent chambouler l’équilibre établi et une nouvelle dynamique se lance. Rien n’est simple, mais l’amour qui les unit est pur et sincère.

Les personnages secondaires dans cette histoire sont très importants. Nadège, la vilaine cousine est LE personnage que j’ai adoré détesté, hautaine, mesquine, manipulatrice, cherchez pas, elle n’a aucune qualité et c’est tant mieux. J’aurais adoré la voir se vautrer dans la boue et la faire tomber de son piédestal. Accompagnant Cassiopée dans son voyage en Écosse, elle est persuadée qu’elle parviendra à ses fins. Agissant dans le dos de Cassiopée, elle s’est aussi mise en tête de mettre Joshua dans son lit. Sa perfidie n’a aucune limite et quel bonheur d’avoir une peste à détester !! Dans la même veine, l’oncle et la tante de Cassiopée (père et mère de Nadège donc) sont tout aussi abominables, à la même place que Vernon et Pétunia dans Harry Potter. J’avoue que j’aurais vraiment aimé avoir une scène où Cassiopée leur aurait vraiment tenu tête, les aurait « massacré » et qu’ils finissent SDF sans le sou. Heureusement Cassiopée peut compter sur sa meilleure amie Cléo. Toujours prête à la soutenir, elle va montrer à Cassiopée qu’elle n’est pas seule et qu’elle peut compter sur de nombreux amis quand elle se retrouvera dans les ennuis. Il y a bien sûr d’autres personnages très attachants : Mme Potts, Monsieur Grahams… mais je ne vous dirais rien pour ne pas spoiler cette super histoire.

Cette romance de Noël est moderne, féerique, nous fait voyager et nous entraîne dans une fabuleuse histoire. De nombreux rebondissements relancent le récit, on ne s’ennuie pas une seule seconde. De l’Écosse, à Menton, en passant par Bora Bora, on voyage, on sourit et on se fait de nouveaux amis. Je referme ce roman avec le sourire et je n’espère qu’une chose : Un spin off sur Cléo et Adrien !!!!

.

Un commentaire sur “#123 Once upon a time in Scotland – Mily Black

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s