Editions Elixyria·fantasy·Les Chroniques de Lucie·Romance·service Presse

#109 Atlanteä T1 – Julianna Hartcourt

Chronique #109

  • Maison d’édition : Elixyria
  • Genre : Fantasy – Romance
  • Nombre de pages : 584 pages
  • Date de parution : 12 Novembre 2021
  • Prix : 5.99 € / 21.90€
  • Note : 4.5/5
  • Résumé : 

À la merci d’Asphobia, la déesse des ténèbres qui menace les royaumes d’Atlanteä, le peuple de Zamoryä paie d’un soleil perpétuel la guerre dévastatrice qu’il a menée contre son voisin Astéria.

En tentant d’invoquer la magie pour ramener la nuit sur leur territoire, les zamoryäns ouvrent une brèche libérant Asphobia. Dès lors, Zamoryä est la proie des assauts répétés de cette entité maléfique contre laquelle Zellon de Teä, souverain bienveillant et opiniâtre, lutte avec acharnement pour protéger les siens.

L’arrivée inopinée d’une curieuse inconnue, littéralement tombée du ciel, rappelle à Zellon une prophétie qu’il n’avait jamais prise au sérieux. Zellon ne peut s’empêcher de penser que l’apparition de cette jeune femme n’est pas étrangère au réveil d’Asphobia.

Cerise, qui vient de notre monde, n’est pas au bout de ses surprises et devra museler son impertinence légendaire si elle veut survivre dans cet univers digne des romans qu’elle adore lire.

Étant fan de fantasy je ne pouvais pas passer à côté de ce livre, surtout avec une si belle couverture. Cela dit, la fantasy française m’a souvent déçue par le passé et j’appréhendais quand même un peu cette lecture.

Cerise est une jeune femme au tempérament bien trempé. Elle ne mâche pas ses mots, même quand elle devrait se taire, histoire d’éviter de s’attirer le courroux des uns et des autres. Si au début je l’ai adorée pour les scènes cocasses qu’elle offrait, notamment la scène où elle a envie de faire pipi et l’autre avec le tampon, elle a des moments où elle sait être casse-pied, limite agaçante. N’empêche, ce que lui fait subir Maeiell ne peut que nous faire éprouver de l’empathie pour elle.

Zellon est roi et, bon sang ! J’ai eu envie de le secouer par les épaules à maintes reprises ! Il se voile la face, alors que l’évidence est sous son nez. Cela dit, sans ses idées arrêtées, le livre n’aurait pas existé.

Leur relation ne va pas trop vite, n’est pas trop lente, elle est parfaite. J’ai adoré, c’est addictif. Zellon souffle le chaud et le froid, son cœur a déjà bien souffert et il est roi, son devoir va d’ailleurs bien lui causer des tracas. En clair, rien n’est joué d’avance, surtout quand l’ancienne maîtresse du roi n’apprécie pas d’être jetée hors de son lit et d’être remplacée.

Un des gros points forts de ce livre, ce sont les personnages secondaires : Tamril, Finlenn et même cette peste de Maeiell. Chacun a sa personnalité propre et apporte un plus à l’histoire qui nous happe. Une prophétie existe, stipulant qu’une princesse Asterienne doit s’unir avec le roi de Zamoryä afin de libérer les terres petit à petit grignotées par le néant. Hélas, dupé une fois par une imposture, Zellon ne voit pas l’évidence lorsque surgit Cerise, tombée du ciel, malgré les nombreuses insistances de certains personnages. L’histoire paraît banale, mais la fin est assez surprenante. Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Certains rebondissements comme la venue de Dana (qui est-elle ? Comment est-elle elle aussi tombée du ciel ?) savent également instaurer du suspense, nous mettre le doute.

Pour la faire courte, j’ai adoré ce livre, plus que je ne le croyais. La romance qui ponctue le récit ravira bon nombre de lectrices.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s