Editions Elixyria·Les Chroniques d'Angélique·Romance suspens·service Presse

# 48 Stol’n Love – Molly Reagan

Chronique #48

  • Maison d’édition : Elyxiria
  • Genre : Romance à suspens
  • Date de parution : 2 février 2022
  • Prix : 5,99 €
  • Note : 5/5
  • Résumé : 

Rongé par un secret qui le hante, Cameron Evans jongle entre ses études d’avocat, le King’s Bar qu’il gère avec ses potes et sa grand-mère malade. Seul pour faire face aux coups du sort, il doit mener sa vie de front, n’hésitant pas à revêtir l’habit nocturne de cambrioleur avec ses amis… au risque de tout perdre.

Zia, étudiante, va faire une rencontre qui pourrait changer son existence. Entre son naturel, son irrévérence et cette candeur romantique qui lui sont propres, elle n’avait pas prévu d’attirer l’attention de Cameron.

Entre mensonge et vérité, avenir incertain et sombre passé, ces deux âmes pourront-elles se côtoyer sans se blesser l’une et l’autre ?

Je tiens à remercier Elyxiria pour leur envoi et leur confiance. J’avoue, le jeu de mot du titre Sto’ln Love (stolen = volé en anglais) a tout de suite attiré mon attention tout comme le résumé qui promet une romance entre un cambrioleur et l’une de ses victimes. Je préfère vous prévenir, il s’agit d’une duologie et le deuxième tome est déjà disponible.

 Ce roman est l’occasion pour moi de découvrir la plume de Molly Reagan et je dois dire que je ne suis pas du tout déçu. Que ce soit lorsque nous sommes du point de vue de Cameron ou de Zia, les mots sont toujours parfaitement choisis et les émotions au rendez-vous.

L’histoire est celle de Cameron, un jeune homme brillant, mais qui pour pouvoir prendre soin de sa grand-mère malade est contraint de voler. Un jour, sur le campus de la fac, il rencontre Zia, la fille d’une de ses victimes dont l’avenir semble compromis après le cambriolage que sa famille a subit. Pris de remords, Cameron décide de tout faire pour l’aider et cela commence par la faire embaucher dans le bar qu’il possède avec les autres membres de son équipe.

Si, au début, Zia se montre méfiante envers Cameron, elle va bien être obligée d’accepter sa proposition si elle souhaite pouvoir payer ses études. Zia est une jeune fille romantique, adepte des robes à fleurs, mais qui pourtant cache un sacré tempérament. J’ai beaucoup aimé le fait qu’elle sache remettre les hommes à leur place, qu’elle ne soit pas la pauvre petite demoiselle en détresse et qu’elle sache ce qu’elle veut. Très intelligente, elle va rapidement comprendre que Cameron cache quelque chose, même si elle est loin de se douter de l’entière vérité. Impulsive et déterminée, elle va confronter Cameron à plusieurs reprises, que ce soit sur ses sentiments ou sur le reste. Zia est vraiment un personnage auquel je me suis facilement identifié et totalement crédible.

Face à elle, nous avons donc Cameron. Cameron est beaucoup plus complexe que Zia puisqu’il se débat entre son envie d’être un mec bien (et pas forcément pour Zia) et le fait qu’il a besoin d’argent pour assurer les soins de sa grand-mère. Là aussi, je salue la plume de l’auteur car le personnage de Cameron est tout en nuance. On ressent sa culpabilité qui monte crescendo, son envie d’être proche de Zia tout en ne se pardonnant pas ce qu’il lui a fait et la loyauté qu’il ressent aussi face à ses potes avec qui il commet les cambriolages. J’ai vraiment été touché par ce personnage qui n’a rien du Bad boy arrogant et connard. Cameron a fait battre mon petit cœur et c’est son personnage qui connait la plus grande évolution. Il va peu à peu sortir de sa coquille et laisser s’exprimer sa réelle personnalité, celle qu’il avait enfoui tout au fond de lui. Cameron a dû grandir trop vite, trop rapidement et n’a pas eu de réelle jeunesse. On découvre au fil du roman, un homme drôle, attentionné qui ne souhaite qu’une chose être heureux avec la femme qu’il aime.

La relation Cameron/ Zia commence mal. Déjà parce que Cameron a couché avec la meilleure amie de Zia, mais aussi parce qu’il est obligé de lui mentir sur qui il est vraiment et que ça le dérange. Avec son nouveau travail de serveuse, Zia va être amenée à fréquenter régulièrement Cameron et s’apercevoir qu’il n’est pas du tout le coureur et le connard qu’elle s’imaginait. Elle va très rapidement admettre qu’il lui plaît et va tenter à plusieurs reprises des approches envers le jeune homme qui lui, souffle le chaud et le froid pris en étau entre ce qu’il ressent pour elle et la culpabilité d’avoir volé sa famille. La relation se construit petit à petit, brique par brique, mais demeure aussi fragile qu’une maison en paille que le moindre souffle de vent peut détruire. Je n’en dirais pas plus  d’une part pour ne pas spoiler et d’autres part car je n’ai pas lu la suite et que je ne sais pas ce que l’auteure nous réserve. Tout ce que je peux dévoiler, c’est que leur relation n’est pas de tout repos, mais qu’elle n’en est que plus belle. La scène où ils sont sous la pluie alors que l’orage gronde m’aura vraiment faite fondre.

Stol’n Love c’est aussi l’histoire d’une bande de potes, hommes respectables la journée, cambrioleurs le soir et le roman est rythmé par leurs apparitions et les liens qu’ils entretiennent avec Cameron. Tous issus du même quartier, ils sont d’une loyauté sans faille les uns envers les autres. Ici aussi, l’auteure a réussi à leur donner une personnalité propre et on arrive facilement à les différencier. Que ce soit Zach, le meilleur ami un peu insouciant, Lenny, le comptable hacker, Noah le flic pas si intègre, Ruben le chef de bande ou Tyler la brute, ils ont tous leur rôle à jouer et la dynamique de groupe est vraiment super bien maîtrisée. Côté famille, de côté de Cameron, nous avons sa grand-mère, Nana, une vieille dame atteinte d’Alzheimer, mais qui dans ses moments de lucidité va permettre à Cameron de prendre confiance en lui et ses sentiments. Nana est un personnage touchant auquel je me suis attachée très rapidement et elle est la raison pour laquelle Cameron a basculé dans l’illégalité. Du côté de Zia, nous avons sa meilleure amie, un personnage sur lequel elle pourra toujours compter mais pour lequel je n’ai aucune affinité, et sa famille.

Bilan de ma lecture : J’ai vraiment passé un excellent moment avec Zia et Cameron. Que ce soit leur romance, les relations entre les garçons, celle entre Sofia et Zia et les cambriolages, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. L’aspect psychologique des personnages est bien développé, les descriptions sont tops, le retournement final ne m’a pas plus étonnée que ça, mais ce n’est pas grave, j’étais captivée par ma lecture. J’ai aimé que la romance prenne le temps de se construire et qu’ils ne se sautent pas dessus au bout de trois chapitres, j’ai aimé la pudeur des scènes d’amour, j’ai rigolé quand Cam tombe de la fenêtre, j’ai eu la larme à l’œil lors du pique-nique sur la plage, bref j’ai vraiment été captivée par cette lecture et si je devais résumer en une seule phrase ce roman ce serait avec cette citation de Sénèque que Zia lance à Cameron : « La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent, c’est d’apprendre à danser sous la pluie ».

Un commentaire sur “# 48 Stol’n Love – Molly Reagan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s