Editions Alter Real·Les Chronique de Marion·Romance·service Presse

#5 El Devil – Céline Jeanne

Chronique #5

  • Titre : El Devil
  • Maison d’édition : Alter Real éditions
  • Genre : Romance
  • Nombres de pages :   521 pages
  • Date de parution : 21 Janvier 2022
  • Prix : 5,99 € / 24€
  • Note : 4/5
  • Résumé :

« Avoir dix-huit ans et partir ».

Amaya se raccroche à ce mantra comme à une bouée de sauvetage. Être majeure et quitter le Salvador, ce pays dans lequel on l’a obligée à revenir après l’assassinat de ses parents, recommencer une nouvelle vie, loin de cette violence qui s’est accaparée le moindre coin de rue. Ici, elle n’est pas la bienvenue.

En attendant, il faut survivre, rester discrète, raser les murs, et faire oublier que si l’un des chefs du gang le plus puissant au monde, la Mara Salvatrucha, est en prison, c’est à cause de son père. La Salvatrucha n’oublie pas, jamais, et une dette est une dette, surtout une dette de sang. Amaya le sait, sa vie ne tient qu’à un fil. Un faux pas, et c’en est fini pour elle.

Mais tout se complique lorsqu’elle croise les yeux verts du Diablo de Berlín, le bras droit du chef local de la Salvatrucha. Charismatique et aussi mortel que les armes dont il ne se sépare jamais, il n’a pas peur d’écraser ceux qui se dressent sur sa route.

Il devrait la haïr.
Elle devrait le fuir.

L’attirance entre eux est pourtant irrépressible.
S’aimer leur est interdit et les met en danger tous les deux. Mais l’amour n’a que faire des dettes de sang.

Sortiront-ils indemnes de cet enfer qui menace de les dévorer ?

Je remercie une nouvelle fois la maison d’édition Alter Real pour l’envoie de ce service presse.

Le sous-titre m’avait tellement interpellé que je n’ai même pas lu le résumé!!^^ Du coup, j’ai eu la surprise de découvrir que ce sont deux jeunes personnes, je m’y attendais pas. C’était juste marqué dans le résumé …. ^^

On découvre une jeune Amaya, on sent déjà que son père la prépare à quelque chose. Mais est-on réellement prêt pour affronter des atrocités ?

Elle était heureuse dans sa vie d’avant, avant que l’horreur frappe à son porte. Obligée de quitter son pays, elle devra se refaire une existence ailleurs. Alors qu’elle aurait pu continuer de vivre une vie paisible, le sort décide de s’acharner sur elle. Retour au pays, là où elle est tant attendue….. Réussira-t-elle à passer inaperçue ? Pas face aux yeux verts de El Diablo !!!

Comme dans tout le roman, nous avons un juste milieu au niveau de son caractère. Elle peut aussi bien se montrer effrayer que très courageuse. Lorsque la situation l’exige, elle fera preuve de sang froid et d’un courage redoutable, surtout si c’est pour sauver ses proches. Beaucoup de doute en ce qui concerne son futur et on peut la comprendre. Rester ou partir ?

El diablo, la première main de la Salvatrucha, sûr de lui, limite arrogant, bien sexy en diable^^. Face à lui, personne ne bronche, aucune faiblesse n’est permis dans ce monde où tout peut vous coûter la vie et pourtant il va en avoir une. elle répond au doux nom de Amaya. Prêt à tout pour elle, pour la protéger de l’enfer.

Je l’ai tout de suite aimé enfin non pas vraiment tout de suite, y a une scène… bref.

Il se montre fort et impitoyable mais au fond de lui, c’est un gars bien. Il n’est juste pas né au bon endroit mais il fera tout pour s’en sortir. On peut dire que sa porte de sortie, c’est Amaya. Sa lumière dans son obscurité.

Leur relation se construira petit à petit même si l’attirance est immédiate. Ils ont une sorte de connexion. Adrian la veut et fera tout pour l’avoir. Amaya est quant à elle plus sur la défensive . Ils sont tous les deux complémentaires. Quand l’un est faible, l’autre devient fort. Si l’un doute, l’autre rassure !

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est que nous avons « un côté blanc », la pureté de l’amour, où la relation entre Amaya et Adrian prend vie. Où seulement deux jeunes lycéens veulent être ensemble et profiter du moment qu’ils partagent, comme des lycéens lambda. Et puis nous avons « le côté noir » où leur vie est noircie par la Salvatrucha, la violence des gangs. Leur survie ne tient qu’à un fil.

Lorsqu’on mélange le tout, cela nous donne un joli gris où tout est en parfaite harmonie.

Je vous recommande El Devil.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s