hugo new romance·Hugo Poche·Les Chroniques d'Angélique·New Romance·Romance Contemporaine·Romance Paranormale·service Presse

#2 Gods of love – Eugénie Dielens

Chronique #2

  • Maison d’édition : Hugo Poche
  • Genre : New Romance
  • Nombre de pages : 381 Pages
  • Date de parution : 10 novembre 2021
  • Prix : 7,60 € – 7,99 €
  • Note : 5/5
  • Résumé : 

Peut-il vraiment réparer tous les cœurs brisés ?

Éros et l’amour, c’est une histoire qui dure. Cela fait des millénaires qu’il l’insuffle aux âmes meurtries et leur redonne goût à la vie, laissant des esprits soulagés dans son sillage. Il est fait pour ça, il est né pour ça. Ironiquement, ce sentiment lui est pourtant interdit. Alors à force d’assister aux histoires des autres, c’est presque par nécessité qu’il vole au secours des cas les plus désespérés, pour leur apporter ce que lui ne pourra jamais vivre.

Lorsqu’il rencontre Kaléa, il sent qu’il pourra lui procurer l’aide dont elle a besoin: le cœur brisé, la jeune femme refuse farouchement de se laisser bercer par ses beaux mots et sa voix envoûtante. La faire de nouveau aimer devient un défi personnel qu’Éros est prêt à relever. Peu importe le prix.

Mais si, avant de vouloir guérir le cœur des autres, Éros devait avant tout apaiser le sien ?

Je tiens tout d’abord à remercier Hugo poche pour cet envoi et les remercie de leur confiance.

Ce roman est le lauréat du concours Fyctia « Dieux et Mythologie » et on comprend rapidement pourquoi il a su séduire à la fois le jury et les lecteurs puisqu’il était à la première place tout au long du concours avant même que le jury ne délibère. Un roman qui m’a tout de suite attirée, de par son titre et sa couverture. L’homme sur la couverture représente parfaitement Eros, ce dieu de l’amour qui semble être incapable d’aimer.

 Je découvre ici pour la première fois la plume d’Eugénie Dielens qui est un vrai régal. Fluide, agréable, elle nous entraîne dans son univers à la fois moderne et antique avec finesse. Le roman en première personne et en alternance de point de vue, permet de saisir toutes les émotions et les enjeux des différents protagonistes.

L’histoire reprend le mythe d’Eros, un dieu de l’amour à qui aimer est interdit. Avec ses frères, il a pour mission de redonner foi en l’amour à ses cibles. Il n’a pas le droit à l’échec car cela signerait sa perte. Eros est sensible, curieux, mais il est également en recherche d’un défi à relever. Face à Kaléa (sa cible), il  va être servi. Afin d’approcher la jeune femme dont le cœur semble indifférent à tout et encore plus aux pouvoirs divins d’Eros et ses frères. Eros va donc devoir redoubler d’ingéniosité pour arriver à approcher Kaléa et faire en sorte qu’elle accepte de passer du temps avec lui. Le personnage d’Eros est très complexe et très bien travaillé. On ressent parfaitement sa volonté de réussir sa mission dans un objectif professionnel mais également sa volonté d’apporter son aide à Kaléa auquel il commence à s’attacher. Le point de vue d’Eros nous plonge en pleine mythologie grecque avec les différents liens entre les dieux et leurs rôles auprès des humains ce qui apporte une touche d’originalité à cette histoire. Eros ne se résume cependant pas qu’à sa nature divine. En effet, la présence de Kaléa et les sentiments qu’il va éprouver vont le pousser à devoir se dépasser et à devenir une nouvelle version de lui-même.

Du côté féminin, nous avons donc Kaléa, une jeune femme totalement hermétique à l’amour. Pire que ça, elle semble fermée à tout, n’a plus vraiment goût à la vie, a perdu son engouement pour son travail et on sent bien que chaque jour est un combat pour elle. Sensible et généreuse, elle a énormément de mal à accepter son nouveau « elle » et vit dans la peur constante. Décoratrice d’intérieur, elle se méfie des hommes et encore plus de ce bel inconnu qui l’aborde dans un bar. Pourtant, au contact d’Eros, elle va peu à peu parvenir à s’ouvrir et reprendre du plaisir dans son travail. Toujours méfiante, elle se surprend malgré tout à tomber amoureuse du dieu dont elle ignore la nature. J’ai beaucoup aimé la fragilité de Kaléa et son tempérament. Même si elle apparait comme quelqu’un de discret, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds pour autant. Cette héroïne moderne a su me toucher et je me suis prise à espérer que tout aille bien pour elle et qu’elle soit heureuse.

Leur relation démarre de manière professionnelle, Eros devant fortement insister pour que Kaléa s’occupe de la décoration de son loft. Bien décidée à rester professionnelle, cette dernière repousse Eros et toutes les avances qu’il tente de lui faire. Malgré tout, la personnalité d’Eros va la charmer peu à peu. La voir lutter contre ses sentiments a quelque chose de poignant quand on connaît son histoire. Idem du côté d’Eros qui ne semble pas comprendre que ce qui n’était qu’une mission a à la base, semble avoir pris un tournant complètement différent. La relation amoureuse met du temps à s’installer car Kaléa est vraiment un cœur à part, insensible au pouvoir des différents dieux de l’amour. Quand plus tard, la nature d’Eros est révélée, d’autres épreuves s’imposent à eux. Je dirais que leur amour n’a rien de facile mais qu’il n’en est que plus beau.

Pour apporter du relief et de la profondeur à ce roman, Eugénie nous offre des personnages secondaires hauts en couleur avec les frères divins d’Eros. : Pothos et Antéros. D’une loyauté sans faille envers leur frère, ils vont tout faire pour l’aider dans sa mission avec Kaléa, malgré le danger qu’elle représente. J’ai adoré les voir interagir tous les trois et quelque chose me dit qu’il se pourrait bien que ces deux lascars bénéficient de leurs propres histoires !! Si Eros a des frères aux pouvoirs divins, Kaléa elle possède une meilleure amie en or en la personne d’Ania. Cette dernière va savoir lui mettre un coup de pied aux fesses lorsque cela sera nécessaire et lui apporter conseils et réconforts.

En conclusion, j’ai vraiment adoré cette histoire même si j’aurais aimé un peu plus d’intervention des Dieux, des épreuves plus « spectaculaires », bref plus de magie. Les personnages, aussi bien principaux que secondaires sont ultra attachants, ça se lit tout seul et la relation amoureuse est touchante. J’ai pris énormément de plaisir avec les touches de mythologie grecques et cette revisite du mythe d’Eros qui apporte quelque chose d’unique à ce roman. Je vous invite à vous laisser séduire par la plume d’Eugénie à qui les muses ont soufflé à l’oreille cette fabuleuse histoire.

.

Un commentaire sur “#2 Gods of love – Eugénie Dielens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s