Inceptio·Les Chroniques d'Angélique·service Presse·Steampunk

#337 Les voies de Brume – Hélène Besse

Chronique #337

  • Maison d’édition : Inceptio
  • Genre : Steampunk
  • Tome : 1 à 14
  • Nombre de pages : 330 Pages
  • Date de parution : 16 décembre 2021
  • Prix : 7,99 € chacun
  • Note : 4/5
  • Résumé : 

Les Voies de Brume est une série littéraire se déroulant en 14 épisodes.

Le clan Bèdefer, mené par l’impulsif Séraphin, est prêt à tout pour faire ses preuves. Chasseurs de primes aux tempéraments bien trempés, ils sillonnent les cités autonomes et acceptent n’importe quel contrat tant que la récompense est belle. Leur arrogance les mènera jusqu’à la prestigieuse, mais non moins nébuleuse, ville d’Evianor. Contraints d’accepter une mission périlleuse, ils traverseront désert et forêt envoutée.

Mais derrière le voile, les apparences sont autres…

Et le clan paiera cher cette leçon.

Je tiens tout d’abord à remercier Inceptio Editions pour cet envoi et les remercie de leur confiance.

La couverture de cette série, avec les engrenages, le train et ses couleurs métalliques colle tout à fait au genre du roman, c’est-à-dire Steampunk. Pour ceux qui l’ignorent, le Steampunk est un genre littéraire mêlant de l’ancien et du moderne.

J’ai terminé les 14 épisodes de « Les voies de Brume », un roman steampunk dans lequel nous suivons les péripéties du clan Bédefer, un groupe de chasseurs de prime. Pour ceux qui ont suivi mes chroniques précédentes, vous savez que je n’ai pas été convaincue par le format épisode. A mon sens, cela empêche de s’attacher aux personnages et au groupe.  Entre chaque épisode, il m’arrivait de lire d’autres livres et donc j’ai décroché plusieurs fois. Cependant, la maison d’édition a choisi de sortir un intégral de la saison 1. Je trouve que c’est une excellente idée car l’histoire est très intéressante, la plume de l’auteur est fluide, agréable et les descriptions sont tops. De plus, il est plus économique d’acheter l’intégral plutôt que les 14 épisodes un par un.

 Pour le final, tout s’accélère. Les compagnons quittent le désert d’Uru pour découvrir la forêt Grise et les terribles créatures qu’elle renferme. Le seul à être particulièrement emballé par cette idée est Célestin et on comprend rapidement pourquoi. Je trouve que tout va vraiment trop vite et comme d’habitude on n’a aucune réponse. Le passage dans la forêt grise permet de finir la saison en apothéose avec des révélations de dingue et un prix à payer terrible pour chacun des compagnons. Hélène Besse a réussi à me surprendre, surtout vis-à-vis de Séraphin car je ne m’y attendais pas du tout. Un nouveau méchant fait son apparition et avec, de nouvelles interrogations. Pour ma part, je suis déçue de n’avoir eu aucune des réponses que j’attendais mais le coup de théâtre final suffit à me convaincre. Si, à la base, je n’étais pas partie pour lire la suite, je pense que je lirais la saison deux avec plaisir, mais d’une traite et pas en épisode.

En conclusion, je vous invite à lire la saison 1 de « Les voies de Brume ». Vous serez transporté à bord de la locomotive au côté de Séraphin le chef de clan, Martin le tireur d’Elite, Abelard et Célestin les deux frères aussi différents que complémentaires, Ellias le conducteur du train et Diwan l’être sombre. Avec eux vous parcourrez les voies de Brume pour découvrir la cité introuvable d’Evianor, la ville au cœur du désert et la forêt grise. Durant cette lecture, aucun ennui, les aventures s’enchaînent, les mystères s’épaississent et je pense que si j’avais tout lu d’un coup ce roman aurait pu être un coup de cœur.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s