Inceptio·Les Chroniques d'Angélique·service Presse·Steampunk

#286 Les voies de Brume – Hélène Besse

Chronique #286

  • Maison d’édition : Inceptio
  • Genre : Steampunk
  • Tome : 3 sur 14
  • Nombre de pages : 31 pages
  • Date de parution : 23 août 2021
  • Prix : 0,99 €
  • Note : 4,5/5
  • Résumé : 

Les Voies de Brume est une série littéraire se déroulant en 14 épisodes.

Le clan Bèdefer, mené par l’impulsif Séraphin, est prêt à tout pour faire ses preuves. Chasseurs de primes aux tempéraments bien trempés, ils sillonnent les cités autonomes et acceptent n’importe quel contrat tant que la récompense est belle. Leur arrogance les mènera jusqu’à la prestigieuse, mais non moins nébuleuse, ville d’Evianor. Contraints d’accepter une mission périlleuse, ils traverseront désert et forêt envoutée.

Mais derrière le voile, les apparences sont autres…

Et le clan paiera cher cette leçon.

Je tiens tout d’abord à remercier Inceptio Editions pour cet envoi et les remercie de leur confiance.

Aujourd’hui vous aurez également 2 chroniques, une pour l’épisode 3 et une pour l’épisode 4

La couverture de l’épisode 3 reprend les mêmes codes que celle des épisodes précédents avec l’engrenage, le train et du bleu métallique illustrant le genre du roman Steampunk. Pour ceux qui ignorent de quoi il s’agit, je vous invite à lire ma chronique de l’épisode 1.

Cet épisode est un chapitre transitionnel dans lequel il ne se passe pas grand-chose en termes d’action mais il est nécessaire pour mieux plonger dans l’ambiance. Les descriptions sur le fonctionnement du train, les rapports entre les membres du groupe, tous ces éléments ont besoin d’être explicités ici afin de nous immerger dans l’univers Steampunk de l’histoire. Avec ces inventions et ces particularités.

Ici, les caractères des personnages s’affirment, notamment celui d’Abélard. On comprend rapidement qu’il est ambitieux et rêve de faire ses preuves à l’inverse de son frère, Célestin, qui lui semble ravi de sa place. Séraphin, fidèle à lui-même, fanfaronne tandis que Martin reste méfiant.

Le train débarque donc dans une nouvelle gare où une brume étrange semble avoir élu domicile, soulevant de nombreuses interrogations. Séraphin et Martin rejoignent le marchand Théophane qui doit les conduire à la cité d’Evianor. Il semble fort contrarié par la présence de Martin, mais n’a pas d’autre choix que de faire avec. Le chapitre se termine avec un cliffangher qui comme d’habitude pousse à aller lire la suite.

Tous comme dans les épisodes précédents, l’auteure entretien avec brio l’ambiance mystérieuse : Quelle est cette étrange brume ? Pourquoi la gare est-elle si calme ? Pourquoi le chef de gare semble avoir des absences ? Les descriptions sont justes sans être trop nombreuses et on visualise parfaitement l’univers créé par l’auteure.

Personnellement, j’aime toujours autant la plume et le style de l’auteure qui nous entraîne de mystères en mystères et plus on avance plus on a envie d’en savoir plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s