Editions Delcourt·Lecture perso·Les Chroniques de Laurine·Manga·Romance

#204 Nana – Ai Yazawa

Chronique #204

  • Maison d’édition : Delcourt
  • Genre : Shôjo
  • Nombres de pages : 192
  • Date de parution : 11 Octobre 2002
  • Prix : 6,99€
  • Note : 5/5
  • Résumé :

Ces deux jeunes filles s’appellent Nana. Elles ont le même âge, éprouvent toutes deux une grande attirance pour Tokyo, et font très attention à leur look. La première est une étudiante rêveuse et tête en l’air, à la recherche désespérée du prince charmant. Quant à l’autre, plus déterminée et solitaire, c’est grâce à son premier amour qu’elle est devenue chanteuse dans un groupe de rock amateur. Toutes deux ont pour objectif d’aller s’installer à Tokyo…



J’ai découvert cette auteure quand j’ai voulu commencer les mangas, il y a maintenant plusieurs années. C’est le premier tome de Ai Yazawa qui m’a fait totalement plonger dans ce monde fabuleux ! Pour moi, ce manga est indétrônable, c’est le meilleur shojo. Elle a écrit « Je ne suis pas un Ange » que je vous conseille également ! Mais parlons d’abord de la saga Nana.

Pour ce manga nous avons deux héroïnes ! Et toutes deux s’appellent Nana.

Nous avons d’abord Nana Komatsu, une fille banale, où dans sa ville natale il ne se passe vraiment rien. Elle présente sa famille comme bruyante, ni riche, ni pauvre.  Au début du manga, Nana apparaît comme une jeune lycéenne immature, enchaînant les déceptions amoureuses à cause de son cœur d’artichaut. À cause de son manque de confiance en elle, elle s’appuie sur sa meilleure amie Junko pour prendre chacune de ses décisions. Nana à un sacré caractère, extraverti et enjouée. Elle recherche de manière permanente l’affection de son entourage.

D’ailleurs, Nana Osaki la surnommera « Hachi », qui est le diminutif de Hachikô, car elle lui fait penser à un petit chien. Le personnage de Nana Komatsu, je l’ai adoré, elle a une très belle évolution tout au long de la saga, sa remise en question est constante, sa manière de parler change, sa perception des choses est différente, et son style vestimentaire également.

Pour Nana Osaki, une aura mélancolique émane d’elle dès le début, sûrement à cause son style vestimentaire, très rock, et son excessive beauté. D’ailleurs, elle ne connaît rien de sa ville natale, de son père. Quant à sa mère, elle ne s’en rappelle plus. Elle a grandi dans une petite ville proche de la mer avec pour unique famille sa grand-mère, avec qui elle ne s’entendait pas si bien que ça. Malgré une enfance tumultueuse, elle s’insère dans un petit groupe d’amis avec qui elle monte un groupe de musique aux influences punk : Blast. Ce groupe est constitué de la chanteuse, Nana, mais aussi de Yasu, Nobu et de Ren, qui est son petit-ami.
J’ai aussi apprécié son personnage, Nana Osaki à un fort caractère et peut se montrer très possessive et excessive avec ses amis, de peur de les perdes. Nous sentons que derrière cette grosse carapace, elle a peur de l’abandon, de se retrouver seule.

L’histoire se construit autour des deux jeunes femmes qui ont un caractère complètement opposé. Les deux paraissent incompatibles.
« Dis Nana, tu te souviens de notre rencontre ? Moi, je suis plutôt du genre à croire en ce que l’on appelle le destin. Alors pour moi, c’est un effet du destin. »
Nana Komatsu part de sa ville natale pour rejoindre son petit ami Shôji, étudiant. Lors du trajet en train, elle rencontre Nana Osaki.

Nana Osaki qui était la petite-amie de Ren jusqu’à ce qu’il rejoigne Trapnest. Elle en est encore très marquée par cette séparation mais est toujours amoureuse de lui. Elle rencontre Nana Komatsu dans le train qui les mène à Tokyo et par la force du hasard, elles se revoient plus tard lors d’une visite d’un appartement et se retrouvent à habiter ensemble dans l’appartement numéro 707. L’entourage respectif des deux Nana est composée de nombreuses figures. On trouve aussi bien des personnalités très fortes, certaines avec un lourd passé ou des souffrances cachées, que des personnages plus « classiques ». Cependant, aucun ne tombe dans le cliché simpliste. J’ai adoré ce manga, pour moi c’est un coup de cœur ! Les références culturelles sont utilisées soit comme objet récurrent, soit comme thème (la fête du Tanabata, expliquée à un personnage qui ignore tout de ces fêtes, mais aussi à nous). Ces références à la culture japonaise sont très intéressantes et nous en apprend plus sur le Japon. Nous sommes loin d’un, « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » des mangas d’amour habituels, Nana aborde des sujets bien plus sombres et complexes. Dans cette saga nous parlons aussi d’opposition et mélange d’univers, de culture, de style, de mode, de musique, de dépendances affectives et de relation avec autrui. Les relations entre certains personnages sont tellement puissantes, que cela ne vous laissera pas indemne. Ce manga m’a chamboulé, aussi bien positivement parlant, que négativement. Certaines scènes m’ont fait sourire, rire, mais aussi agacé et même pleuré !

Vous ne vous ennuierez pas, avec ce manga ! D’ailleurs, il y a aussi l’animé adapter du manga avec la présence de musique des groupes Blast et Trapnest qui valorise énormément cette saga, car si Nana se base majoritairement sur un concept musical, où se dresse la rivalité entre deux groupes, nous ne pouvons pas profiter de leurs musicalités respectives en lisant le manga. Les musiques de Blast ou de Trapnest sont donc un réel plaisir à découvrir. Je ne peux que vous conseiller ce manga, si vous chercher un shojo à lire. L’histoire a tellement fonctionné, que beaucoup de goodies ont vu le jour, les cd des groupes, les bijoux que portent certains personnages, mais aussi, avec Nana Osaki qui a une obsession pour la marque Vivienne Weswood que ce soit pour les bijoux ou vêtements. Certains d’ailleurs sont vendus par la marque.

Bien que ce manga soit le top 1 du shojo, et que je peux le lire inlassablement. Nous attendons et souhaitons la conclusion du manga Nana ! Car pour le moment nous n’avons toujours pas de suite ni de fin, le manga est stoppé au tome 20. Nous espérons avoir un jour le fin mot de l’histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s