Crin de chimère·fantasy·Les Chroniques de Lucie·service Presse

#185 D’ombres et de cendres – Jérôme Camedescasse

Chronique #185

  • Maison d’édition : Crin de chimère
  • Genre : Fantasy
  • Nombre de pages : 260 pages
  • Date de parution : 29 Mai 2021
  • Prix : 4.99€
  • Note : 2.5/5
  • Résumé : 

Au sein d’une opulente cité-État Alfare, Eydìs est une esclave humaine au service d’une maison prestigieuse. Domestique méprisée, elle accomplit en secret des missions en tant qu’Ombre. Espionne, combattante, courtisane, assassin… elle lutte dans la nuit éternelle de la ville pour la gloire de ses maîtres.
Rongée par la solitude, consumée par son devoir, elle poursuit son rêve ténu de liberté, dague en main, drapée dans les ténèbres. Innocence, espoir, dignité, que sera-t-elle vraiment prête à sacrifier pour suivre les ordres sans se laisser gangrener par la souillure de son espèce déchue ? Est-elle condamnée à la faiblesse et la chute comme le prédisent les dieux ? Parviendra-t-elle, grâce à sa volonté, son fer et sa sagacité à défendre ce, et ceux, qu’elle aime ?
D’ombres et de cendres semble être son destin, parsemé d’intrigues et d’épreuves.

Je remercie l’éditeur, Crin de chimère, pour l’envoi de ce service presse. J’adore leurs couvertures, mais n’avais encore jamais lu un livre de leur catalogue. Avec D’ombres et de cendres, c’est chose faite. Hélas, je ressors de ma lecture plus que mitigée : je n’ai pas aimé.

Eydìs est une héroïne comme je les aime habituellement, jeune esclave au service d’une maison impitoyable, elle s’acquitte de ses tâches, évite les ennuis le plus possible. Intelligente, prudente, elle n’en reste pas moins téméraire et n’hésite pas à profiter de son don pour rejoindre son amant en cachette. C’est là que je relève le premier problème : son don nommé pas fantôme. La première fois qu’elle l’utilise, vu les tournures des phrases, je pensais sincèrement qu’elle se déplaçait dans les ombres pour réapparaître ailleurs… Eh bien apparemment, non. Sinon pourquoi ne l’utiliserait-elle pas dès qu’elle est en danger ? C’est donc le premier reproche que je fais : les explications ne sont pas claires et j’ai été perdue. Pour autant, Eydìs est l’un des rares points positifs de ce livre. Je l’ai trouvée attachante, mais pas non plus exceptionnelle, sans doute parce que l’histoire ne m’a pas du tout emballée.

Et c’est là tout le problème de « D’ombres et de cendres », je me suis ennuyée. C’est bien simple, pendant plus de la moitié du livre, il n’y a aucune intrigue. On passe d’une scène à une autre, sans voir de lien entre elles. Au début, on s’attend à une intrigue qui concerne la fuite d’une esclave et le vol d’un bijou. Au final, non, on part sur la distribution du courrier qui tourne mal et on se dit à tort « Enfin ! » Le personnage principal se retrouve propulsé dans un genre d’arène du jour au lendemain. Ce retournement de situation vient de nulle part, on n’y est pas préparé. D’ailleurs, il est difficile de suivre parfois ce qui se passe entre deux chapitres. À plusieurs reprises, j’ai eu le sentiment de passer du coq à l’âne et c’était compliqué de me remettre dans le bain.

Heureusement, le livre ne manque pas d’action, de créatures repoussantes et la fin relève un peu le niveau.

Le monde était original, même si là encore je n’ai pas tout saisi. C’est un monde souterrain, mais on mentionne des étoiles, de quoi me troubler. Soit j’ai manqué quelque chose, soit une fois encore il manque des explications sur l’univers. J’avoue que ce n’est pas le seul hic relevé. À la lecture du résumé et du début, je m’attendais à de la fantasy, soit un monde inventé de toutes pièces. Or, c’est bourré de références à la mythologie nordique. J’aurais aimé le savoir avant de m’engager à lire ce livre, parce que contrairement à la mythologique grecque, Odin et tout le reste, ce n’est pas trop mon dada. J’ai donc été larguée, et longtemps je me suis demandais si je ne passais pas à côté de certains détails parce que je n’étais juste pas calée dans ce domaine.

En bref, ce livre n’a pas été une réussite pour moi. À mon sens, le cœur du sujet arrive trop tard, mais si cela ne vous dérange pas, ce livre vous plaira peut-être car on ne peut nier la qualité de la plume de l’auteur et la présence de nombreuses scènes d’action immersives.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s