Dystopie·Inceptio·Lecture perso·Les Chroniques de Lucie

#128 Eden Island T1 – Hana Claistel

Chronique #128

  • Maison d’édition : Inceptio
  • Genre : Dystopie
  • Nombre de pages : 304 pages
  • Date de parution : 15 Janvier 2021
  • Prix : 7.99 € / 18.90€
  • Note : 4.25/5
  • Résumé : 

La vie est un conte de fées et elle en est l’héroïne ! C’est du moins ce que pense Analia en se préparant pour la prestigieuse soirée qui va marquer son entrée dans le monde adulte.

Elle a le privilège de vivre sur l’archipel d’Eden Island où tout n’est qu’ordre, harmonie et beauté ! Alors que partout ailleurs la montée des eaux a depuis longtemps réduit les continents à quelques îles arides disséminées sur l’océan où les populations luttent pour leur survie.

Mais Aylan, nouvellement arrivé sur l’archipel, ne va-t-il pas changer à jamais le destin de l’adolescente en lui montrant la face sombre du paradis ?

Du rêve au cauchemar, il n’y a parfois qu’un pas…

J’avais vu ce livre passer sur instagram plusieurs fois et il m’intriguait beaucoup. Pour autant, je n’avais encore jamais lu de livre de cette maison d’édition, alors je n’avais pas sauté le pas. Et quand je l’ai vu en librairie, je suis restée devant un long moment avant de me décider à l’acheter. Je ne regrette absolument pas mon achat. Même si ce n’est pas un coup de cœur, j’ai hâte de lire la suite qui, heureusement, sort bientôt.

On fait la rencontre d’Analia, une jeune fille qui vit sur Eden Island. Habituée à ce que son bracelet affiche des voyants verts, (il s’agit d’un système qui « note » les gens en fonction de leur comportement, plus ils sont dans le vert, plus les résidents ont de ressources, droit à des denrées alimentaires, etc. À l’inverse, si tout devient rouge, vous êtes menacé d’expulsion), elle est considérée comme une jeune fille parfaite, jusqu’à ce qu’elle développe des sentiments et voit son bracelet passer au rouge. Elle commence alors à voir que derrière la façade parfaite d’Eden Island, des inégalités, des injustices existent. Je n’ai pas totalement adhéré à son personnage. Même s’il est bien construit, entretient de bonnes réflexions, je ne me suis pas attachée à elle. Il me manquait un petit plus chez elle pour y parvenir.

À côté, il y a Aylan qui vient chambouler son univers et accentuer sa remise en question. En effet, le jeune homme vient de l’extérieur, ce qui est assez exceptionnel. Eden Island n’invite que très peu de monde et pour se voir offrir une place sur l’île, il faut en quelque sorte posséder un don. Aylan, lui, est doué au solar-surf. Malgré tout, Eden Island ne le tente pas trop. Il est hors de question pour lui de quitter sa mère et sa petite sœur malade, être privé de liberté. Son côté protecteur, son amour pour sa famille était assez touchant et je l’ai un peu plus apprécié qu’Analia même si, je l’avoue, ce n’est pas non plus mon héros préféré. Je l’ai trouvé très fidèle à lui-même et à sa famille, contrairement à Analia qui m’a fait lever les yeux au ciel avec certaines de ses décisions. Là où celles-ci pourraient avoir des décisions nobles, au final, elle laisse un amour à peine clos et très récent la guider.

Ce qui m’amène à vous parler de leur relation. De mon point de vue, il manquait d’interactions entre les deux personnages pour savourer leurs sentiments, et comprendre les choix d’Analia. Bien sûr, la romance n’est pas le point central du livre, mais comme elle joue sur le déroulement de l’histoire, je trouve dommage de ne pas avoir davantage insisté là-dessus. J’ai eu l’impression que leurs sentiments naissaient du néant, malgré une poignée de scènes à l’esprit romantique. En bref, à mes yeux, ça faisait passer Analia pour une girouette, surtout qu’au début ils ne s’entendent pas très bien.

Du côté de l’histoire, j’ai adoré ! Les messages véhiculés à propos de la pollution, de l’homme qui est toujours dans l’excès, des libertés de chacun, ainsi que la complexité de certaines thématiques où finalement tout ne peut pas être blanc ou gris, où personne ne peut avoir totalement raison ou tort, sont le fort de ce livre. Il fait réfléchir en même temps qu’il arrive à vous évader grâce au décor installé. J’ai trouvé cette dystopie palpitante. Des rebondissements vous tombent toujours dessus, des révélations parsèment le récit. On ne s’ennuie pas. Et que dire de l’écriture de l’auteur ? J’ai apprécié son style !

En bref, ce premier tome est une très belle réussite avec une fin qu’on aime autant qu’on déteste (le « déteste » veut en réalité pointer du doigt le suspense instauré) et qui vous pousse à vouloir lire la suite, ce que je ferai avec grand plaisir. Si vous aimez ce genre, je vous recommande vivement Eden Island.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s