Auto-Edition·fantasy·Les Chroniques de Lucie·service Presse

#88 Les chroniques des Terres Rouges – Liz E. Myers

Chronique #88

  • Maison d’édition : Auto édition
  • Genre : Fantasy
  • Nombre de pages : 302 pages
  • Date de parution : 19 Décembre 2020
  • Prix : 4,99 € / 15,99€
  • Note : 4/5
  • Résumé : 

Le royaume des Terres Rouges, baptisé ainsi depuis des temps immémoriaux, en raison des nombreux combats qu’il a provoqués pour sa conquête, est en proie à un saccage incessant, depuis la mort du roi Tirsten, le dernier des « rois bénis ». En effet, lorsque la famille Real, qui maintenait la paix depuis dix générations de souverains bienveillants, a été sauvagement assassinée, tout a changé, et la guerre semble à nouveau à l’ordre du jour.

Alors que le roi Lö Maart essaie enfin de redonner au royaume sa noblesse du passé, la lumière se fait subitement sur les circonstances de la mort tragique des Real…

Mais alors, ces êtres spéciaux devaient-ils vraiment disparaître ?

Et surtout, pourraient-ils sauver le royaume, s’ils étaient encore là ?

Je tiens à remercier l’auteur, Liz E. Myers, pour sa confiance. Je pense que si elle ne m’avait pas proposé son livre en service presse, je ne l’aurais sans doute jamais lu alors que ce fut une agréable découverte. La qualité d’écriture est indéniable.

Il va m’être difficile de rédiger cette chronique suivant le plan habituel. En effet, si je vous parle trop des personnages, je risque d’ôter tout suspense, et je déteste les spoilers. Je vais faire au mieux pour garder le mystère entier autour de l’intrigue.

Déjà, parlons de la narration. Il n’est pas rare qu’un livre cumule plusieurs points de vue. Ici, l’auteur a choisi une poignée de personnages, mais contrairement à ce qu’on peut voir d’habitude, chaque nouveau chapitre se voit attribuer un nouveau narrateur, d’où le petit nombre de chapitres (il y en a une petite dizaine). C’était un pari risqué, parce qu’on peut s’attendre à ne pas s’attacher aux personnes. Pour quelques-uns, c’est bel et bien le cas, mais pour d’autres, ça n’a pas posé de problème puisqu’ils sont présents tout du long du récit.

Au début du livre, vous ferez la rencontre d’Alken, un guerrier dit immortel. Malgré tout, on sent qu’il est perdu, qu’il a perdu sa seule raison de vivre. Il erre, sans but réel, jusqu’au jour où une mission le lance sur les traces d’une rumeur qu’il n’ose croire. On dit qu’une des sœurs Real, censées être assassinées, serait en vie. Autant je l’ai apprécié à certains moments, autant parfois, je me suis dit qu’il avait mis longtemps à comprendre ce qu’il ressentait vraiment. Cet aspect-là m’a un peu refroidie concernant son personnage.

Ensuite, il y a Brehan à qui il s’associe. Brehan, lui, est un peu dans la même situation qu’Alken. Depuis la disparition de sa sœur, il erre. De même, une femme lui apprend qu’une personne ressemble étrangement à la description de sa sœur. Il se lance à sa recherche. Je pense que c’est le personnage que j’ai le plus aimé. Il a apporté une touche d’humour bienvenue à l’histoire à laquelle je n’ai pas résisté. En même temps, il m’a un peu fait pitié…

Je pourrais vous parler des personnages féminins, mais non. Pourquoi ? L’histoire tourne autour des sœurs Real. Laquelle est en vie ? Laquelle est morte ? Gemma ou Opale ? L’auteur joue à un jeu délicat : nous tromper sur l’identité de la survivante. Dès le départ, il y a quelque chose d’évident dans ce mystère, pour autant, à l’aide d’explications alambiquées, on se rend compte que la duperie n’est pas terminée. J’ai beaucoup aimé car ce n’est pas juste une histoire mystérieuse, il y a des scènes de combats, de magie qui rythme le récit. Les complots sont aussi de la partie.

J’ai juste une petite déception en ce qui concerne les relations, mais là, ce n’est que mon point de vue. Je voulais qu’Alken aille avec telle femme, de même pour Brehan (c’est d’ailleurs sur ce plan là qu’il m’a fait pitié). Au final, malgré les explications, nous sommes une fois de plus menés sur de fausses pistes. Pour autant, si vous recherchez une fantasy concentrée sur les relations amoureuses, sachez qu’ici ce n’est pas vraiment le cœur du sujet. Les interactions en ce sens sont d’ailleurs minimes.

Globalement, j’ai adoré ma lecture. Tout est bien mené, pensé. Il y a deux ou trois petits trucs qui m’ont laissé sur ma fin, notamment l’avenir de Chalea même si je l’aimais de moins en moins au fil des pages, ou l’explication de la disparition de la sœur de Brehan. Malgré tout, c’est un bon livre de Fantasy qui saura vous tenir en haleine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s