collection infinity·Lecture perso·Les Chroniques de Lucie·MxM Bookmark·Romance

#23 Love online – Penelope Ward

Chronique #23

  • Maison d’édition : MxM Bookmark (Collection infinity)
  • Genre : Romance
  • Nombre de pages : 322 pages
  • Date de parution : 16 Mars 2020
  • Prix : 5,99 € / 17,00€
  • Note : 3.75/5
  • Résumé : 

Quand une cam-girl et un riche héritier se rencontrent en ligne, ça fait des étincelles.

Nous nous sommes rencontrés de façon improbable. Au départ, tout était anodin. J’étais « ScreenGod », et elle « Montana ». Évidemment, ce n’était pas nos vrais noms, seulement les pseudonymes que nous avions choisis. La nuit, me connecter et lui parler était mon échappatoire – mon refuge.

En réalité, elle s’appelait Eden, comme je ne tardai pas à le découvrir. Dès notre premier échange en ligne, je fus captivé. Elle devint vite une addiction.

Nous ne savions rien de nos vraies identités au début… Et elle comptait bien ne rien changer à ça. L’anonymat n’altérait en rien la complicité qui s’était spontanément créée entre nous. Cela avait même eu pour effet de nous autoriser à être plus transparents l’un envers l’autre que si nous avions réellement su qui nous étions.

Eden était drôle, intelligente, splendide – elle était la femme dont j’avais toujours rêvé. Mais elle continuait de m’échapper. J’avais accepté que les choses restent ainsi, jusqu’au jour où un indice me mena directement à elle. J’ai saisi cette opportunité.

C’est là que notre histoire d’amour a commencé pour de bon.

Je voulais une lecture dans la même veine que Book boyfriend, publié dans la même maison d’édition, et les recommandations ont mentionné ce livre. Ce n’est pas une romance que je recommanderais spontanément (et je vais vous expliquer pourquoi), mais j’ai passé un bon moment. Il se lit très vite et le tout est prenant.

On commence avec le point de vue de Ryder. A priori il a tout dans la vie pour être heureux (belle maison, de l’argent à ne plus savoir quoi en faire), mais on se rend compte très vite que ça ne le comble pas. Il a perdu sa mère, ce qui la profondément affecté. Ça a d’ailleurs joué sur sa relation avec Mallory avec laquelle il a rompu deux ans auparavant. Depuis, il tâtonne, ne profitant même plus des fêtes qu’il organise. Personne ne peut lui résister, pas même-moi. Au fur et à mesure qu’il se dévoile, on voit l’homme parfait qu’il est vraiment. En gros, je l’ai adoré.

Il y a ensuite Eden et j’avoue que son personnage peut faire tiquer les lectrices. Elle est cam girl, en gros, elle travaille sur des sites pornographiques, montre ses seins, se donne du plaisir devant la caméra. C’est assez déroutant, mais se dégage d’elle une telle sensibilité ! Pour ma part, ça m’a permis de passer outre ce côté dérangeant. Cela dit, ce travail prend une part énorme dans le récit et c’est assez compliqué d’imaginer qu’un homme puisse accepter qu’elle fasse cela alors que, clairement, Eden et Ryder développent des sentiments l’un pour l’autre. Pour autant, j’ai apprécié son personnage. Elle est touchante, sensible et forte à la fois. Elle croule sous le poids des responsabilités et ne peut s’y soustraire, ce qui l’a amenée à travailler de jour comme serveuse et la nuit comme cam-girl. Et en parallèle, elle a peur de s’engager, peur surtout d’être encore abandonnée.

Du coup, pourquoi n’arrête-t-elle pas quand ça devient évident ? D’un, parce que c’est ce qui lui permet de joindre les deux bouts, sa vie étant compliquée depuis le départ de sa mère. De deux, parce qu’Eden et Ryder ne s’avouent pas leurs sentiments. En vrai, ils ne savent pas s’ils peuvent construire quoi que ce soit. Six heures d’avion les séparent. Le travail retient Ryder en Californie. Pour une raison que je ne vais pas évoquer, histoire de ne pas tout révéler, Eden est coincée dans l’Utah. Pourtant, au fil des pages, ils se rendent compte petit à petit qu’ils sont faits l’un pour l’autre, que la distance qui les sépare est une torture. Dès lors, des décisions sont à prendre.

Pour résumer, j’ai beaucoup apprécié cette histoire, malgré le travail d’Eden, mais d’un côté, tout le monde a le droit de trouver l’amour, n’est-ce pas ? C’est un condensé de douceur, de candeur (merci Ollie!), d’amour, de moments assez drôles, de passages torrides, mais aussi poignants, le sujet de la perte des parents étant un point crucial du récit. L’histoire se conclut parfaitement et logiquement. Je n’ai pas fini ma lecture en me disant que c’était rocambolesque, too-much.

J’aimerais aussi préciser qu’elle se différencie des romances auxquelles je reproche d’aller trop vite. Dans Love online, les événements s’étalent sur plusieurs mois, ce qui est appréciable, et rend le tout plausible. Il n’y a pas non plus des scènes de sexe toutes les cinquante pages, contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord.

Pour tout vous dire, j’ai adoré cette histoire, même si elle peut s’avérer dérangeante à cause de ce que fait Eden, d’autant plus que ça prend une grande place dans l’histoire. Je la recommande aux plus téméraires, mais aussi aux personnes souhaitant sortir de leur zone de confort. Outre ce détail, c’est vraiment une belle et romantique histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s