collection infinity·Lecture perso·Les Chronique de Marion·Romance

#196 Cher Père Noël, je voudrais un mec ! – Caro M. Leene

Chronique #196

  • Maison d’édition : HarperCollins
  • Genre : Romance
  • Nombre de pages :  307 pages
  • Date de parution : 14 Octobre 2020
  • Prix : 6,99 € / 16.90€
  • Note : 5/5
  • Résumé : 

Canon, gentil, attentionné, généreux (sexuellement parlant, j’entends) et fidèle. Facile à trouver, non  ?
 
C’est la dernière fois qu’Aly écoute les conseils foireux de sa meilleure amie  ! Écrire sa liste au père Noël  ? D’accord, c’était drôle comme idée, jusqu’à ce que sa poisse légendaire fasse encore des siennes et qu’Aly envoie par erreur ladite liste par mail à… son patron, Evan Sanders, qui est plutôt du genre père Fouettard. Non seulement il va savoir que son vœu le plus cher est de se trouver un mec – ou, à défaut, de découvrir de beaux sex-toys sous le sapin – mais, en plus, il va apprendre qu’elle fantasme sur lui (qu’est-ce qui lui a pris d’avouer qu’elle ne le repousserait pas s’il lui sautait dessus  ?). Sa carrière professionnelle est foutue, c’est sûr. Tout compte fait, Aly ne souhaite plus qu’une seule chose pour Noël  : un miracle.

Pourquoi ai-je craqué sur ce livre ? Je voulais des livres de Noël et aussi parce que le résumé promettait une lecture du tonnerre ! Alors, ai-je aimé ? (Roulements de tambours…) Bon sang, c’était une tuerie ! Laissez-moi vous expliquer !

Aly Hamilton, narratrice de l’histoire au passage, est une jeune femme qui a récemment intégré la prestigieuse boite Sanders & Son Construction dans le cadre d’un contrat de remplacement. Tout commence par une gourde de sa part : elle envoie par mégarde une lettre destinée au Père Noël à son patron qu’elle déteste mais qu’elle trouve irrésistible. Le problème c’est qu’elle dit tout ça dans cette lettre. Vous l’aurez compris, la reine des gaffes c’est elle. Elle m’a tellement fait rire avec les situations improbables dans lesquelles elle se met. J’ai également adoré sa répartie, son dévouement envers les projets qui lui plaisent. Une héroïne comme je les aime, qui ne se laisse pas démonter au premier obstacle, qui en supporte beaucoup. Et pourtant, quand la coupe est pleine, elle est pleine.

Parlons du patron justement, Evan Sanders. Comment ne pas craquer. Il paraît froid, distant, blessant parfois. En vrai, il ne sait juste pas y faire. J’ai adoré voir son évolution. Il sourit de plus en plus, découvre la vraie vie, révèle sa véritable nature, l’homme aimant et attentionné qui se cache derrière le détestable patron intransigeant. Je suis tombée sous le charme.

Que dire de leur relation ? Au début, c’est tendu, ils se lancent des piques. Ensuite, ça tourne rapidement au jeu du chat et de la souris avec des phrases à double sens, à connotation sexuelle. On ne lâche pas les pages, on veut les voir ensemble ! J’ai adoré leurs moments de complicité, les doutes justifiés ou non d’Aly. Tout est parfaitement dosé, pas de scène de cul qui infecte le récit à tout bout de champ, ouf !

Les personnages secondaires sont peu nombreux mais un, en particulier, m’a touché : c’est Bloom, un adorable petit chiot. Mon dieu, on aurait dit le mien dans certaines réactions et j’ai trouvé les moments où il était avec Aly et Evan tellement réalistes, touchants que je ne pouvais pas faire sans mentionner cette adorable boule de poils.

Parlons de Kathleen, la secrétaire qu’Aly remplace. Je l’ai détestée, mais j’avoue que sans elle, il n’y aurait guère eu de rebondissements, de piquant. Je regrette juste qu’elle n’ait pas été virée. Son attitude hautaine, méprisante, Evan est-il donc tellement aveugle dans son jeu. Je lui ai crié dessus pour ne pas ouvrir les yeux et la laisser piétiner Aly. Grrr.

Pour l’histoire, évidemment, c’est avant tout une romance, donc il n’y a pas grand chose à dire. On suit les péripéties d’Aly, son envie de mener à bien ses projets professionnels pour qu’Evan soit fière, ses déboires amoureux durant la période de Noël, mais aussi ses tentatives de faire aimer Noël (et les chocolats) à son patron (la miss est une vraie gloutonne et on ne peut pas lui en vouloir qu’avant même l’arrivée de décembre, elle ait déjà mangé trois calendriers de l’Avent). Je ne me suis pas ennuyée un seul instant.

Vous le savez peut-être, les coups de cœur sont rares chez moi (sur 2020, j’en ai eu trois quatre à tout casser, c’est pour dire), mais celui-ci en est un. N’hésitez plus, foncez, vous ne le regretterez pas.

2 commentaires sur “#196 Cher Père Noël, je voudrais un mec ! – Caro M. Leene

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s