Fantastique·Les Chroniques de Maria·Romance

#130 Rebecca- Daphné Du Maurier

Chronique #130

  • Titre : Rebecca
  • Maison d’édition :Le Livre de Poche
  • Genre : classique
  • Nombres de tome :1/1
  • Nombres de pages :  640
  • Date de parution : 11 mai 2016
  • Prix : 8.49 € /8.90 €
  • Note : 5/5
  • Résumé : 

Un manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide, de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ?
Immortalisé au cinéma par Hitchcock en 1940, le chef-d’œuvre de Daphné du Maurier a fasciné plus de trente millions de lecteurs à travers le monde. Il fait aujourd’hui l’objet d’une traduction inédite qui a su restituer toute la puissance d’évocation du texte originel et en révéler la noirceur.

Bump ! Bump !Bump! Oui, je cogne carrément la tête contre le mur .comment ai-je fait pour ne pas  lire ce chef-d’œuvre avant,me dépasse! Et j’avoue n’avoir entamé ce livre que après avoir vu le Trailer de son adaptation sur Netflix. Heureusement que je n’ai pas raté l’occasion de découvrir cette histoire.et maintenant j’ai envie de dire ‘mais quelle surprise’ !

J’ai été magnétiquement enthousiasmé de la première à la dernière page de cet exquis et intemporel classique. Classique ? peut-être pas, ce livre se situe bizarrement sur la ligne entre un thiller et un classique. Jamais au-paravent je n’ai lu un livre qui transforme si superbement quelque chose d’inanimé en une œuvre dans la vivacité va vous surprendre. Autre chose qui vous surprendra surement, c’est l’exceptionnelle plume de l’auteur, et oui Du Maurier est probablement un des rares auteurs qui arrivent à tracer une toile de suspense et d’intrigue dans chaque recoin de l’esprit du lecteur. En tous cas c’est ce que j’ai ressenti en lisant Rebecca, j’ai été non seulement transporter dans son  histoire mais aussi, à mon grand étonnement, mener en bateau par un voyage littéraire délicieusement imprévisible.

passons à l’histoire elle nous est raconté du point de vue du narrateur, une jeune femme de 21 ans,qui ne nous est jamais officiellement présenté. Elle est maladroite, extrêmement sensible. Pauvre et seule après la mort de son père, Elle se retrouve la compagne d’une odieuse Américaine nommée Mme Van Hoppers. Quand Mme Van Hoppers se retrouve clouée au lit avec une maladie inspirée plus par l’ennui que par un virus ou une bactérie, notre narratrice se retrouve libre de passer du temps avec le veuf Maximilian de Winter.

Maxim  est beau, charmant et fabuleusement riche.il a beau être célèbre, mais sa maison, Manderley l’est encore plus. Et oui, Il est propriétaire de Manderly, l’un des plus beaux domaines d’Angleterre, Des fêtes à l’échelle de Gatsby, de beaux aménagements paysagers et, bien sûr, l’architecture d’un grand domaine anglais ont fait de Manderley une invitation des plus convoitées.

Après une briefe romance à l’eau de rose, Maxim la détache des services de Mme Van Hoppers et l’épouse. Il est distant, maussade et pourtant charmant. Les deux retournent dans la propriété ancestrale de Maxim de Manderley, mais la nouvelle épouse trouve la vieille maison et le terrain – ainsi que l’esprit de son mari de plus en plus mélancolique – dominés par l’esprit de sa première femme décédée Rebecca, dont l’esprit anime la maison et le paysage et obsède l’homme. Par conséquent, chaque tentative de la nouvelle Mme de Winter – le narrateur – de s’adapter à la maison et au personnel (y compris la ménagère intimidante, Mme Danvers) devient un pur calvaire psychologique. Des questions qui perturbent, des mensonges infinis et des secrets qui refont surface, ou est-ce des corps ? Qui est réellement qui ? Que s’est-il réellement passé dans la charmante demeure Manderley? Lisez pour le découvrir.

En parlant de Manderley, Les descriptions de ce livre sont juste incroyables et tout cela contribue à rendre ce livre extrement atmosphérique. C’était si bien fait, de la Happy Valley des fleurs à la mer froide et grise, je me suis senti plongé dans les décors, si merveilleusement décrits que je pouvais presque les toucher et les sentir.

Les personnages quant à eux, étaient aussi défectueux qu’ils devaient l’être pour que cette histoire fonctionne, des pions dans le grand schéma des choses. Par contre, j’ai une dent contre notre narratrice Mrs.De Winter, je voulais tellement la secouer, comment personne peut être aussi passive et manipulable me dépasse. Je comprends que c’est pour l’intrigue mais bon dieu j’avais l’impression que c’était elle le vrai fantôme de cette histoire, l’ombre d’un humain. Rebecca est omniprésente dans sa vie, sa vivacité et sa perfection incontestable  la pousse à se comparer à elle et finit par remettre  son existence en question. Entre nous, je l’ai trouvé pathétique. Quant à Maxim, j’avoue qu’il m’a mis en pétards à plusieurs reprises avec ses secrets et sa manipulation. Et oui je ne pense pas que ce personnage masculin a été introduit pour qu’on succombe à son allure mais plutôt qu’on remette en question morale et loyauté.

Pour résumer, Daphné Du Maurier fait un travail brillant pour décrire les personnages, leurs émotions, leurs mouvements corporels, leur ton de voix, que ces personnages sont devenu dans ma tête vivants et réels. J’ai adoré certains des personnages secondaires de ce livre: M. Crawley, le fidèle compagnon de Max de Winter, un vrai gentleman et ami de notre narrateur, et l’adorable Ben, l’homme simple d’esprit qui reste sur la plage – qui est beaucoup plus perspicace que quiconque ne le pense. Ces personnages étaient si bien pensés et planifiés et étaient magnifiquement imbriqués dans l’intrigue.

Dans l’ensemble, ce livre est bien plus qu’une romance, qu’un classique, qu’un thriller et que n’importe quel autre livre. Il couvre le scandale, les mensonges, l’amour, la jalousie et l’identité de soi. Une lecture très agréable que j’aimerais pouvoir remonter dans le temps afin de pouvoir découvrir le livre comme une première lecture à nouveau. En tous cas, il fera à jamais partie de mon top 10.  Je vous invite à le découvrir avant de regarder le film, croyez-moi vous ne le regretterez pas,ce livre vous changera. Quant à moi, popcorn et Netflix …en attendant une autre lecture et une autre chronique, je vous dis à bientôt



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s