Editions Addictives·Les Chronique de Marion·Romance·service Presse

#56 Fucking Paradise Island – Mila Jensen

Chronique #56

  • Titre : Fucking Paradise Island
  • Maison d’édition : Addictives
  • Genre : Romance MF
  • Nombres de page : 338
  • Date de parution : 20 Mai 2020
  • Note : 4,5/5
  • Résumé :

Elle déteste dire oui. Il va lui faire adorer ça.

Kate est surnommée la « Dragonne », et ce n’est pas pour rien ! Bourreau de travail, caractère bien trempé, elle impressionne autant qu’elle effraie.

Contrainte à des vacances forcées, elle atterrit sur la petite île de Paradise Island, au cœur de la Polynésie française. Au programme : soleil, plage, farniente… tout ce qu’elle déteste !

Et la cerise sur le gâteau ? Anton. Sexy et mystérieux, il lui tient tête et la rend dingue… au point de bouleverser tous ses repères.

Elle refuse de céder même au désir, il est décidé à la faire succomber…

Ça promet !

Tout d’abord, je tiens à remercier la Maison d’édition Addictives pour le Service Presse de Fucking Paradise Island. La couverture est plutôt soft et jolie, elle fait même rêver : plage, palmier, un couple. Finalement, pratiquement tous les éléments indispensables du roman se retrouvent sur cette couverture. 

Katheleen Manfrey trentenaire ne vit que pour son travail. Elle est égoïste. Elle pense qu’elle n’a besoin de personne. Elle est rancunière et n’hésite pas à recourir à la vengeance si on se moque d’elle. Elle dit tout ce qu’elle pense même si cela fait de la peine, elle s’en fiche.  Elle adore faire des répliques sarcastiques et s’en sert à outrance pour blesser ceux qui l’entoure. Elle fait tout pour qu’on la rejette et qu’elle ne s’attache à personne. Bien sûr nous comprendrons plus tard pourquoi elle a un tel comportement. Alors même si normalement, je devrais détester ce genre de personne, je l’adore complètement, on peut sentir au fond d’elle qu’il se cache quelque chose !! Vu comment sont écrites les répliques, on ne peut que sourire ! 

Anton, propriétaire d’un hôtel sur l’île. Il revête plusieurs casquettes : directeur de son hôtel, guide pour les randonnées, danseur… Malgré tout, il reste un homme simple et vit sa vie tranquillement. C’est le parfait contraire de Kate. Il est ultra gentil, fait attention à tout le monde. Très avenant et à l’écoute. Il s’occupe d’un petit sauvageon au doux de nom Benito.

Katheleen étant un bourreau de travail, elle donne tout pour être la meilleure. Elle excelle dans sa carrière jusqu’au jour où elle va faire un burn out et va s’en prendre à son collègue qui est son plus grand rival. Obligée de prendre des vacances tout frais payé, seulement elle se retrouve sur une île complètement perdue !! Pour elle s’est un désastre et cherche à repartir à peine arriver. Malheureusement, le bateau ne passe qu’une fois par semaine, elle va donc devoir patienter.

Elle va faire la rencontre d’Anton, le propriétaire de l’hôtel où elle séjourne. Entre eux, c’est le coup de foudre. Bien entendu Kate ne serait pas elle si, elle ne lui répondait pas par sarcasme. Très loin de se laisser démonter étant donné qu’il était au courant de sa venue et de son caractère très explosif, il ne va pas la lâcher.  Il va tout mettre en œuvre pour qu’elle s’amuse. De son côté, elle fait tout pour ne pas s’attacher à lui…… Puis vient Benito, le sauvageon qui s’incruste tous les soirs dans sa chambre. Ayant perdu sa mère très jeune, il fait un transfère sur elle. Anton et Benito vont petit à petit réussir à fissurer la carapace de Kate.

J’ai adoré cette histoire, j’aurai presque envie de dire que c’est une histoire pour l’été. Elle est fraîche et drôle. Remplies de situations cocasses et même si dans certains cas, on ne devrait pas rire mais au vu de la tournure des phrases, on n’y est obligé ! Néanmoins, nous sommes touchés de plein fouet par les passés respectifs des protagonistes. On ne peut être qu’ému et j’en ai eu les larmes aux yeux. Chacun ont eu un événement dramatique et la leçon que nous pouvons en retirer, c’est que malgré tout on peut retrouver le bonheur quand nous sommes avec les bonnes personnes et la vie peut nous réserver de bonnes surprises !

J’ai aimé tous les personnages que ce soit Kate avec son caractère de peau de vache mais qui finit par faire de gros effort sur elle même. Anton, lui est juste parfait, je lui ai trouvé aucun défaut. Benito, qui n’a pas sa langue dans sa poche mais qui reste quand même un enfant. Il m’a beaucoup touché par son passé et tout ce qu’il a du endurer. 

Ce que j’ai aussi apprécié, ce sont les petits noms des chapitres qui sont fait sur une note humoristique et qui le résume bien. La fin, on peut dire que la boucle et bouclée !

Vous pouvez le lire les yeux fermés ! 

Je vous recommande  ce livre !!! 

Un commentaire sur “#56 Fucking Paradise Island – Mila Jensen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s