interview

#2 interview Gwen Delmas

Aujourd’hui, je viens vous présentez une auteure de chez Additives. Que j’ai découvert fin 2018 avec sa romance de noël et j’ai ensuite ses deux autres romances dans ma Pile à lire mais je suis sure d’être une gaga de ses prochaines histoires.

Présente-toi en quelques mots ?

Bonjour à tous, je m’appelle Gwen, 42 ans et demi (il serait temps que j’arrête de compter en demi, au-delà de 25 ans, ça vieillit !)

Je vis dans le Sud de la France avec ma jolie tribu, mais la moitié de mon cœur est près de mes racines profondes, en Bretagne.

J’adore les séries télé, le foot, l’escrime et la Formule 1, l’histoire, la pâtisserie, la culture celtique, Keanu Reeves, Muse et U2, Sarah McLachlan et Carlos Nunez, les mouchoirs à motifs bizarres l’Ecosse, le chocolat noir aux pistaches caramélisées et les Macarons Mogador.

Je déteste les orages, les lundi matin, la saison de trop dans les super séries, les hypocrites et les profiteurs, la disparition des gosettes aux pommes au MacDo, les films d’histoire truffés d’erreur mais que tout le monde annonce comme des chefs d’œuvre, ceux qui critiquent mes champions, les glaces à la fraise et les cafés sucrés, certaines chanteuses braillardes et les gros chagrins de ceux que j’aime (surtout quand je n’ai plus de mouchoirs Reine des Neiges).

On me reconnaît parce que je suis très bavarde, à l’écrit comme à l’oral, que je suis capable de rater une super soirée parce qu’il y a foot à la télé, que j’ai la capacité à pleurer en un instant et à rire la seconde d’après, parce que je lis plus vite que mon ombre quand je suis emballée et que je retiens mes numéros de téléphone par des dates historiques. Avec ça, je crois qu’on a fait le tour 😉

Comment t’es venu l’idée d’écrire ? Et depuis quand ?

Aïe, première question compliquée. Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu l’idée d’écrire. J’écris depuis que j’ai 10 ans environ. D’abord des textes pour des occasions particulières, des poèmes -affreusement mauvais il faut le dire- puis les livres que j’avais envie de lire, des fins alternatives de mes films préférés, des histoires qui correspondaient à mes goûts. Bref des dizaines de manuscrits, plus ou moins achevés. Mais l’Écriture publiée remonte à eux ans environ. Pour mes 40 ans, mon mari m’a donné le choix entre deux défis, un tatouage (j’en parle souvent dans mes livres) ou aller au bout de mes rêves d’écriture… je ne suis pas encore tatouée, alors, …

Ou trouve tu l’inspiration ?

Les sources sont multiples. Un lieu, une idée, une musique. Le plus souvent, je visualise une scène centrale et l’histoire se met en place autour, comme un puzzle.

Parle nous de ton parcourt Wattpad si tu en as un ? (Ou autre plateforme)

J’ai un embryon de parcours. J’écris depuis trente ans, mais à part ma meilleure amie, personne ne m’avait lue. Alors j’ai voulu me confronter au regard des autres et j’ai commencé à publier deux histoires sur Wattpad, sous mon pseudo laracaras13. L’un est mon premier roman, écrit à la 3° personne. L’autre une création plutôt young adult que j’avais écrite pour que ma fille puisse la lire. Mais Wattpad n’est pas tout à fait adapté à mon rythme d’écriture ni à ma façon de construire mes histoires, même si j’ai été très touchée de certains retours.

Pour toi, ça à été dur de trouver une ME ? Tu t’es déjà dit que ton manuscrit ne serait jamais accepté ?

Je dois avouer que j’ai eu une chance folle. Je suis une lectrice fan fan des Éditions Addictives. C’est à elles que j’ai envoyé mon premier manuscrit vraiment fini et il a été accepté. C’est le début de cette très belle histoire. Lorsque j’ai reçu le mail d’accord, j’avoue que je n’y croyais pas du tout. Et à chaque soumission de manuscrit, je suis pétrie des mêmes doutes.

Dans tout tes livres confondus lequel a été le plus compliquer à écrire ? As-tu une scène particulière en tête ?

Je ne peux pas dire qu’un d’entre eux a été vraiment compliqué. Tous ont eu un moment délicat. Pour Noël toi et moi, (mon premier) ça a été le dernier chapitre, par crainte de dire au-revoir à mes héros et de me confronter, vraiment, à l’avis d’un éditeur.

Perfect boss, le second, a été écrit en un peu moins de trois mois et j’ai été, par moments, presque « vampirisée » par mon histoire, au point d’écrire la moitié de la nuit, avec journée de travail à suivre. Pour Killer love, qui est un polaromance, je voulais un équilibre entre un polar (mais pas une dark) et la romance. Le rythme en était plus lent au départ pour poser l’intrigue et j’ai torturé mes beta lectrices chéries avec mes doutes et mes nombreuses craintes.

Peux-tu nous parler de ta dernière lecture ?

Ma dernière lecture ? Si on parle de Bêta lecture, j’ai eu la chance de beta lire trois merveilleux livres, le prochain Sophie S Pierucci (une pure merveille à guetter bientôt) et les dernières pépites d’Anna Wendell et Cara Solak qui m’ont chamboulée aussi !

En service presse, ma dernière lecture, Agence 42 de François Rochet, un cyberthriller bourré de références qui m’ont totalement parlé

Un auteur préféré ?

Il y en a plusieurs. Ce n’est pas par esprit de clocher, mais la plupart sont des copines de chez Addictives, Louise Valmont, Chloe Wilkox, Avril Rose, Emma Green. Il y a aussi Cara Solak, Angel Arekin, Chrys Gallia et, pour des milliers de raisons, ma tête de liste, c’est Sophie S Pierucci.

As-tu un rite d’auteur ? (Musique, café, bonbon, …)

En fait, j’ai plusieurs rites, mais le premier, c’est les playlists. J’écris toujours en musique, une playlist que je compose pendant les premières parties de mon écriture, puis que j’écoute en boucle jusqu’à la fin du travail éditorial. Après, je suis presque incapable d’y revenir. C’est aussi un signal pour mes enfants. Si je mets le casque sur les oreilles, personne n’approche à moins d’une catastrophe.

Si tu devais vivre une histoire d’amour avec uns de tes personnages lequel choisirait-tu ? Et pourquoi ?

Oh là là la question qui tue ! J’ai la fâcheuse tendance de mettre beaucoup de moi dans chacun de mes livres, donc dans mes personnages masculins. Je crois que je dirais tout de même Stephen de Perfect Boss. Parce qu’il gagné à être connu, que ses défauts méritent d’être dépassés pour voir tout ce qu’il a de bon à apporter, y compris un caractère bien trempé. J’ai craqué, physiquement, sur le personnage de Morsen, et moralement sur sa complexité. Quoique Nimb, le héros de mon histoire en cours. Parce qu’il est … oh ben non, je ne peux pas vous le dire tout de suite, sinon il n’y aurait plus de surprise !

Si tu pouvais vivre dans uns de tes livres préférer ce serais avec lequel ? Et pourquoi ?

Dans un livre que j’ai écrit, ce serait dans Perfect boss aussi. Là j’hésite moins. J’adore le monde du journalisme sportif -une vocation ratée selon mon mari. J’ai une fratrie aussi chouette que celle de Carla, et c’est beaucoup moins dangereux que de vivre au contact de la mafia comme dans Killer love, même si certains lieux de ce roman sont directement sortis de mon cœur.

Dans le livre d’un autre, … il y en a tellement. Je dirais peut-être le chardon et le tartan de Diana Gabaldon (le livre dont est issue la série Outlander) ou la série des Jeux d’Emma Green, parce que la région, l’histoire, la tribu, … bref. Parce que Tristan et Liv quoi !

Donne nous envie d’acheter ta prochaine sortie ?

Ma prochaine sortie ? Pour l’instant, c’est un peu présomptueux, mes éditrices chéries vont avoir mon manuscrit entre les mains dans quelques jours. Si tout se passe bien, je vous dirai que vous allez adorer mon héroïne moitié princesse, moitié rebelle, et que j’ai un vrai faible pour mon héros. C’est un roman plutôt léger, qui traite de la difficulté de faire cohabiter sentiments et différences. Quelque chose qu’on a, pour la plupart, vécu d’une façon ou d’une autre.

Vu que nous sommes en été, que prévoit-tu pour tes vacances ?

Oh l’été, les vacances, les soirées entre amis, les moments privilégiés en famille, de sang ou de cœur. Peut-être un tour en Bretagne ou en Italie, et une large place pour de la lecture, bien sûr, et de l’écriture à dose intensive.

Si tu devais donner un conseil à des futurs auteurs que serait-il ?

Je ne suis pas sûre d’être bien placée pour donner des conseils. Je dirais juste d’écrire avant tout parce qu’on se fait plaisir. J’ai longtemps été ma seule lectrice et si tout s’arrêtait demain, je continuerais d’écrire pour me raconter les histoires que je veux lire.

Et puis un deuxième conseil -que j’ai du mal à m’appliquer et qui ne concerne pas que l’écriture. Ne pas trop se laisser atteindre par les critiques gratuites, qui n’ont rien de constructif. On ne peut pas plaire à tout le monde. Le seul impératif, c’est de se plaire à soi-même et à ceux qui comptent, en restant ouverts aux remarques de ces derniers.

Parles nous de tes futurs projets ?

Euh on a combien de pages ?? 😉 je finis la relecture de bb5. Ensuite, je vais peut-être reprendre bb4, mon projet précédent, qui a pour le moment été refusé. Et j’ai, déjà dans les startingblocs trois autres projets, mais pour le moment, chut !!

Un dernier mot pour tes lectrices ?

Il y en aurait beaucoup ; la plupart commencent par Merci. Pour le soutien, pour les mots gentils, pour faire vivre mes personnages, pour les rencontres dans les salons, pour l’attente des prochains projets. Bref merci mille fois, et à très vite.

Merci à Gwen Delmas, pour avoir prit du temps pour répondre à mes questions.

Retrouvez ses livres sur toutes les plateformes (Amazon, Fnac, Kobo, Google play, … )

Tom est sexy, irrésistible, attachant… mais c’est son boss !

Carla est une ancienne championne olympique devenue journaliste sportive. Quand la chaîne de TV où elle est chroniqueuse est rachetée, elle se retrouve à devoir obéir aux ordres de Tom Andres, le golden boy des médias. Sourire impeccable, corps sculptural et sexiness irrésistible, Tom a tout pour plaire, et Carla doit bien s’avouer que son boss ne lui est pas indifférent. Se laissera-t-elle séduire ou au contraire fera-t-elle tout pour résister aux charmes de Tom ? Et lui, est-il vraiment sincère ou a-t-il un objectif moins innocent derrière la tête ?

Après Noël, toi & moi, retrouvez Perfect Boss, le deuxième roman de Gwen Delmas aux Éditions Addictives, collection « Luv » !


Elle était sa proie, elle devient sa faiblesse…

***

Morsen, imposant et ténébreux, observe Alessia, déterminée et discrète.

Il l’aborde, se glisse sous ses défenses et la fait sourire, se sentir belle pour la première fois depuis longtemps.

Ce qu’elle l’ignore, c’est qu’il referme sur elle un piège sans issue. Il a des ordres précis, des soupçons et des secrets violents.

Ce qu’il l’ignore, c’est qu’elle a le pouvoir de le désarmer plus sûrement que le pire de ses ennemis, elle va remettre en cause toutes ses certitudes.

À ce jeu de dupes et de mensonges, chacun risque sa vie, son âme et son cœur. Qui en sortira victorieux ?


Noël… La famille, le réveillon, les cadeaux… Personne ne hait Noël. Personne ?

Personne sauf peut-être Héloïse, perdue dans les grands magasins à la recherche de l’introuvable cadeau parfait pour sa sœur parfaite.

Personne sauf peut-être Alexandre, invité de force au réveillon de son patron…

Dans la cohue des préparatifs, Héloïse et Alexandre vont se croiser, se séduire et se lancer un improbable défi.

L’occasion de s’offrir une parenthèse enchantée, sensuelle et sans conséquences.

Sans conséquences… vraiment ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s